Fiche de présentation

imprimer la fiche

SÉCHERET, Jean-Baptiste

né le 15 octobre 1957 à Neuilly sur Seine;  France ; 1976, 1983; Beaux-Arts de Paris ; 1984-1986, Casa Velásquez ; vit à Paris.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Graveur - Peintre

Présentation : À la fin des années 80, il se voue à la nature morte monumentale, peinte en noirs mâtinés et blancs, avec des rondeurs Art déco*, entassement d'entonnoirs - objet fétiche - et d'autres ustensiles métalliques comme des arrosoirs, qui laisse un interstice pour un seul rai de lumière. Élargissant son propos, il pose parmi ses objets un vase ventru aux motifs chinois noirs sur blanc, ou situe ses natures mortes dans un paysage de montagne crépusculaire. Et, hors normes, ces jardins nocturnes de Versailles où l'art topiaire devient abstraction* géométrique, (1995).
Graveur, lithographe, il pratique le monotype, ne tirant pas plus de trois épreuves, rehaussées différemment, Rome,(2002). Il s'agit de sites urbains, géométrisés, New York, (2002), de couleurs accentuant les ombres crépusculaires ; on songe à Thomas Jones, le peintre méconnu de la fin du XVIIIème, ou au Corot romain, assombri. Il travaille le plus souvent au fusain et en tire des paysages métallurgiques, avec fumée, cheminée, usine et également des vues marines, nuages, flots, coupée par un avant-plan d'un angle de villa du début du XXe siècle qui comme celles de Willink*, crée l'étrangeté, (2003).
Il paraphrase Mallarmé, La Ville est triste hélas, et j'ai peint tous les sites ; que ce soit fusain ou peinture à la colle, que ce soit la Tour Eiffel, u des entrepôts, la crépuscule est partout présent, même lorsque les couleurs mortes indiquent par un beige que le soleil éclaire. Pour sa série sur Deauville, il met en page, calée à droite du papier à la colle marouflé, un angle de villa à partir duquel se déroule la courbe de la plage et de petites constructions entière ; un vaste espace est accordé au ciel ; à partir de là, il crée toutes variations, nocturnes ou diurne, soleil au zénith ou ombres, ciel limpide ou tumultueux, (2008). En rond sur une toile carrées laissée écrue, La SMN de Caen, (2008), célèbre au fusain rehaussé, la splendeur de l'architecture industrielle. Cinéma le Rex, la nuit et Cinéma le Rex, le jour, (2013), lavis.

Expositions : 1980, Musée des Arts décoratifs, Paris, (G) ; 1983, Maison des Beaux-Arts, Paris, (P) ; 1995, Salle Saint-Jean, Paris, (P) ; 1997 Jacques Elbaz, Paris, (G) et 2000, 2014, (P).