Fiche de présentation

imprimer la fiche

LARIONOV, Michel

né le 22 mai 1881 (4 juin du calendrier grégorien), à Tiraspol, Ukraine ; 1898-1910, école de peinture, sculpture et architecture de Moscou ; il s'y lie avec Natalie Gontcharova*, qui sera sa compagne jusqu'à sa mort en 1962 ; 1913, signe le manifeste du rayonnisme*; 1914, vient à Paris, retourne en Russie pour y être enrôlé dans l'armée, abandonne la peinture de chevalet pour se consacrer aux décors et aux costumes des " ballets russes "; 1915, s'installe à Paris; 1938, naturalisé français; 1955, épouse Gontcharova; 1964, meurt le 10 mai à Fontenay-aux-roses.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Décorateur - Peintre

Présentation : Ses débuts sont symbolistes, Bain au coucher de soleil, (1898), postimpressionnistes*, La Pluie, (1904, MNAM), Arbres au soleil, (1905, MNAM), puis cubistes, La Plage, (1909, SS). Dès 1907, il adopte un expressionnisme* coloré proche des fauves* et de Die Brücke*, un style rude, fruste, peint à la serpe, marqué par le folklore slave, néoprmitiviste*, Portrait de Vladimir Burlink, (1907, MBALy), Les Danseurs, (1908, GTM), Paysage imaginaire, (1908, PPG), Le Boulanger, (1909, Th-B), Portrait d'homme, (1910, MLK), Soldat couché, (1911, GTM), Querelle dans un bar, (1911, musée de Nijni-Novgorod), et Portrait de Fonvizine, (1910, MRL), comme bâclé. Puis vient, dans la même veine, une série de Vénus, (1912, MRL), et surtout Venus Katsape, (1912, musée de. Nijni Novgood) et encore, Vénus juive, (1912, musée d'Ekaterinbourg), rappelant par leur position, L'Olympia de Manet, inversée. Certaines oeuvres de cette année sont d'un néoprimitivisme à la naïveté* appuyée, L'Automne, (1912, MNAM et MRL (d'un tétraptyque dont L'Hiver et Le Printemps GTM et MRL) et L'Été collection particulière), visage souriant d'antique sculpture dans une couleur dominante.
Et le rayonnisme dans cela? Selon que l'on y voit un style propre ou une dénomination du cubo-futurisme*, on peut trouver dans telle ou telle de ses toiles un mouvement rayonnant. D'aucuns affirment que sa première toile rayonniste serait Le Verre, (1909, SGM), anticipant la théorie. On y attribue le Portrait de Tatline, (1911, MNAM), avec sa résille surajoutée qui donne un air de Christ souffrant à son héros... Il connaît une brève période, où le rayonnisme est explicite. Paysage, (1912, MNAM), Saucisson et Maquereaux rayonnistes, (1912, LM), Paysage rayonniste, (1912, MRL) ou Coq rayonniste, (1912, GTM), Promenade, Vénus de boulevard, (1913, MNAM), Journée ensoleillée, (1913-1914, MNAM) et même Paon, (1910, musée de Simbirsk), anticipant la sombre rudesse des Nouveaux fauves* allemands des années 1980. Certaines des toiles datées de 1909 à 1917 et qui se trouvent en Occident sont des répliques postérieures d'oeuvres laissées en Russie.

Expositions : 1904, École de peinture, Moscou, (G) ; 1911, Société esthétique libre, (P) ; 1914, Paul Guillaume, Paris, (P).

Rétrospective : 1922, Kingore, New York ; 1948, Les deux îles, Paris ; 1956, Gal. de l'Institut, Paris ; 1961, Arts Council, Leeds ; 1973, Musée Toulouse-Lautrec, Alb i; 1995, musée d'Art moderne, Paris.

Musées : Les musées russes, et surtout la galerie Tetriakov;  le Musée national d'art moderne, Paris, Fonds Larionov-Gontcharova, 169 oeuvres.

Citation(s) : Il a dit :
- Notre objectif n'est pas d'affirmer un art nouveau puisque, dès que c'est fait, il cesse de l'être, mais, dans la mesure du possible, faire avancer.