Fiche de présentation

imprimer la fiche

CAULFIELD, Patrick

né le 29 janvier 1936 à Londres, Angleterre, Royaume-Uni ; 1951, ouvrier d'usine ; sert dans la Royal Air Force ; 1956-1960, Chelsea School of Art ; 1960-1963, Royal College of Art ; 1963-1971, enseigne à la Chelsea ; 1993, élu membre de la Royal Academy ; 2005, meurt d'un cancer, le 29 septembre à Londres.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Peintre

Présentation : À première vue, on pourrait le dire, réplique simplifiée de son contemporain Adami*. Même graphisme noir délimitant des à-plats rigoureux; même vision élémentaire des choses; même économie de la palette ; mêmes années de débuts. Et cependant, il n'a pas sa sophistication, cette volonté de briser la ligne et le dessin, de les rendre complexes, de les charger de références culturelles. Toy Shop, (1962), Greece Expiring on the Ruins of Messolonghi after Delacroix, (1963, Tate), Artist'studio, (1964, ACC) sont des hommages, en style pop *, aux Nouveaux réalistes*, à Delacroix, ou à Miró, voire, avec Sculpture in a Landscape, (1966, ACC), à Hergé. Et aussi l'appropriation, comme chez Lichtenstein*, d'images publicitaires ou populaires, Christ at Emmaus, (1963, Royal College of Art). Rien de plus ; c'est clair, ce n'est pas à deviner, View on the Bay, (1964, FCG).  Ses intérieurs impersonnels sont le fruit d'une civilisation stéréotypée ou, plus encore, de la distance glacée entre l'artiste et son sujet. Il les peint sur 3 m de haut. Au milieu des années 1970, il amorce une évolution. Dans After Lunch, (1975, Tate), il insère dans un encadrement fidèle à son style une carte postale polychrome du château de Chillon, en Suisse. Lunchtime (1985, Saat) ou Interior with a Picture, (1985, Tate) marquent un nouveau pas, celui de l'interprétation de la réalité; les plans ne sont plus tels que la stricte objectivité les voit ou les représente, mais tels que les ombres les transfigurent et le jeu arbitraire de la lumière, et le pinceau qui accepte de dévier de la rectitude méticuleuse;ses toiles se composent maintenant de trois éléments, un fond uni, un décor réduit de géométries, découpées d'un espace vide où pourrait tenir l'ombre d'un fruit ou d'une plante réaliste*.

Expositions : 1965, Fraser, Londres (P) ; 1967, Musée des Arts décoratifs, Paris ; 1997, Waddington, Londres, (P) ; 2010, Fondation Gulbenkian, Paris, (G).

R├ętrospective : 1999, Hayward Gallery, Londres.