Fiche de présentation

imprimer la fiche

HÖLLER, Carsten

né en 1961 à Bruxelles, Belgique, de nationalité allemande ; 1994, doctorat en biologie animale avec une thèse sur la communication olfactive des insectes ; 1996, travaille en commun avec Rosemarie Trockel*, tout en continuant une oeuvre personnelle ; séjourne en Suède ;  vit à Cologne.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Installationniste - Sculpteur

Présentation : Il se fait remarquer pour la première fois au pied des pyramides de Gizeh en 1989. Il ironise sur les méfaits de la civilisation, avec Killng Children, (1992), tricycle doté d'un jerricane et d'allumettes, Plant of Pill, (1994), pied de tomate avec plaquette de contraceptifs, ou The Pealove Room, (1994), matelas surmonté de ceintures de parachutistes où l'on est censé planer après avoir absorbé une molécule proche de l'ectasy. Mais aussi avec Vehicle, (1999), machine ampphibie, roues, siège et chemises comme voiles. En 1997, il démontre l'inanité de l'oeuvre d'art et son anonymat, en exposant sous son nom les mêmes objets que ceux montrés dans la galerie voisine, sous la signature de Maurizio Cattelan*; des objets ronds, tambour hydraulique, grandes photos d'oeil, en tondo, dans l'iris duquel se reflètent l'image du photographe, bassine et chapeau de médecin moliéresque. Sculpteur , de Balenca Bianca, (1995), animal doté d'yeux de verre et de cils lui donnant un aspect humain ; de  Sphère, (1998) de 220 cm de diamètre, assemblage d'orifices encercle et réplique, Ballhaus, (1999). Il défie la sensation de l'espace et de la pesanteur en invitant à se plonger dans un caisson d'eau salée ou en provoquant par des astuces de foire, le dédoublement de la vue, illustrant ainsi un article scientifique qui s'interroge sur le monde vu sans l'inversion de la rétine, et c'est Upside-Down Goggles, (1994-2001), ou encore en faisant traverser une suite de cerceaux dotés d'ampoules et réfléchis par des miroirs, Y, (2003). Avec Sliping Doors, (2003), il imagine des portes revêtues de glace qui s'ouvrent électroniquement et donnent la sensation d'un parcours sans fin. Pour le Turbine Hall de la Tate Modern, il conçoit une oeuvre qui se veut investigatrice du même phénomène mais est avant tout ludique, relevant du parc d'attractions; sur 58 m. de long, un tube s'ouvre au 5ème étage pour aboutir au rez de chaussée, et permettre aux amateurs d'éprouver le vertige de la glissade à toute allure. Test Site, (2006), type même d'esthétique relationnelle*. Il dérange la vision, par la couleur de nuit, par le frémissement des motifs réduits à des ombres, par l'aspect spectral de ses compositions graphiques, (2007). Giant Triple Mushroom, (2010, MNAM), hybride de champignons qui font croire à une hallucination puisqu'il est hallucinogène !

Expositions : 1987, Nemo, Kiel, (P) ; 1989, Kunstverein, Hambourg, (G) ; 1991, Michel Vidal, Paris, (P) ; 1997, 2007, Air de Paris, Paris, (P) ; 2003, Biennale de Venise ; 2005, Fondation Rebaudengo, Turin, (G) ; 2006, Amusement Park, North Adams, Massachusetts, (P) ; 2010, H20, Palais Lumière, Evian, (G).