Fiche de présentation

imprimer la fiche

PARRENO, Philippe

né le 14 septembre 1964 à Oran, Algérie ; 1980-1986, Beaux-Arts, Grenoble ; 2011, cinéaste ; 2012, s'installe à   Paris ; Institut des hautes études en arts plastiques.
signature : elle ne compte pas, étant assimilée à une simple dédicace ; chaque oeuvre fait l'objet d'un certificat de l'artiste.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Installationniste

Présentation : Sculpteur de l'insolite, du fragile comme du solide. Un ballon de 2,50 m de diamètre, une nuée de ballons ovales nantis de nageoires, très haut, contre un plafond, Speech Bubbles, (1997, Frac Nord-Pas-de-Calais), une épée traversant un mur, un haut-parleur de verre, ou des traces de pas dans une neige fondue en verre. Cours de dessin, (1997, FNAC), autour d'une pierre qui enferme une bande sonore d'instructions, des pliants pour élèves qui ont à copier ce moniteur. Dans le même esprit pédagogique, Sound Track, (s. d). Frac PACA), disque vidéo* enseignant comment lire les images cinématographiques par le dévoiement de celles-ci. Il cite ses sources d'inspiration sans les nommer ainsi de Marquee, (2009), marquise d'un cinéma ou d'un théâtre, fait de néons et d'ampoules éclairées alternativement ; No More Reality, (1993-2009), marionnettes au bout de leur bâton largement agrandies ; un arbre de Noël, accompagné de son titre ironique, Fraught Times, c'est une oeuvre d'art onze mois de l'année et en décembre, c'est Noël, (1993-2008). Zidane, un portrait, (2007) filmé au ralenti à l'aide de 17 caméras. Le plafond couvert de ballons ovales gonflés avec pour appendice une virgule, renvoie aux bulles des B.D*, Speech Bubbles, (2009). Et vidéaste bégayant entre images muettes de paysages et sons ou paroles sans projection, El Sueño de Una Cosa, (2001, MNAM) ou Alien Seasons, (2002); ce décalage est censé renvoyer à Babel. Une  performance* en commun avec un ventriloque, et son mélange de voix troublant, Cri ultra son de l'écureuil, (2006). Décalage d'une succession de plans fixes, sans rapports entre eux, reliés par un texte continu dit par une même voix, Stories are propaganda, (2006), en collaboration avec Rirkrit Tiravanija*. Avec June 8, (2009), il recrée le transfert par train du corps de Robert Kennedy, de New York à Washington ; alternance du bruit assourdissant  du petit train de montagne, et l'attitude figée de personnages dont on peut croire qu'ils sont des passagers en attente, mais qui sont dans l'attitude du respect.  Pour Habitable Zone, (2011), le son est déconnecté de l'image, reproduisant les vibrations de l'eau qui entourent le bâtiment,  et pour Marilyn, (2012), il est émis par des nénuphars de plastique mêlés aux nénuphars naturels. 
La pérennité du travail est assurée par la video*.
Oeuvre ludique dont nombre de réalisations  suppose la participation implicite de tiers, enfants surtout, esthétique relationnelle*.

Expositions : 1987 Canal +, Paris ; 1993, Villa Arson, Nice ; 1997, 2007, Air de Paris, Paris, (P) ; 1998, Schipper & Krone, Berlin, (P) ; 2003, Biennale de Venise ;  2006, La Force de l'art, Grand Palais, Paris, (G) ;  2009, Centre Pompidou, Paris, (P) ; 2010, Serpentine, Londres, (P) ; 2012, Fondation Beyeler, (P).; 2013, Palais de Tokyo, Paris.