Fiche de présentation

imprimer la fiche

GUILLEMINOT, Marie-Ange

née en 1960 à Saint-Germain-en-Laye, Yvelines, France.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Installationniste

Présentation : À l'aide d'un fourreau crocheté, elle se mue en statue, prend la position, s'immobilise et se confond avec d'autres sculptures d'art primitif dans un musée, sous l'oeil de sa vidéo*, c'est le Chapeau-vie, (s. d.). Robe de mariée, (1990, FNAC, Paris), fabriquée en chapelets de plomb, met en scène par prétérition, son corps. Paravent, (1997, CAPC) est composé de douze panneaux entourant un arbre, percés d'ouvertures par lesquelles on introduit ses pieds qui sont examinés de l'inTérieur par des "podomanciens"; de passifs, ils deviennent parlants. Elle érige un énorme barbecue sur lequel rourne une esqusse de corps humain, La Rotateuse, 1995, MNAM). Elle transporte dans un espace d'exposition la boîte à livres du 25, quai des Tournelles (1997) (ou sa copie). Elle invente et photographie sous forme de diptyque, Collant sac à dos/sac à dos collant, (1997). Le tissu tient une grande place dans l'oeuvre, Le Paravent (1996), panneaux troués encore et vidéo* montrant comment elle tente de domestiquer de vastes draps pour en faire le chapiteau. Sur un immense tulle imprimé, elle se représente en odalisque (1999). Sur une circonférence de tissu au sol, elle incite à confectionner des cocottes en papier, des tsurus, comme on dit au Japon, qui sont envoyées par les écoliers chaque 6 août à Hiroshima, Salon de transformation pour Hiroshima, (2003) ; elle révèle en pâte de verre Iko, (2004-2007), le porte kimono, à la fois sculpture et utilitaire.

Expositions : 1994, Saint-Gall; 1997, Ensba, (G); Chantal Crousel, Paris, (P) ; 2012, Tentation du verre, Château de Villeneuve, Vence, (G).