Fiche de présentation

imprimer la fiche

FOLON, Jean-Michel

né le 1er mars 1934 à Uccle, Bruxelles, Belgique ; abandonne ses études d'architecture pour se consacrer au dessin ; 1955-1960, vit à Bougival, puis à Burcy, Seine-et-Marne ; 1985, s'installe à Monaco ; 2005, y meurt d'une leucémie, le 20 octobre.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Dessinateur - Sculpteur

Présentation : Le dessinateur : 
humoriste, graphiste et moraliste qui dit l'aliénation de l'homme broyé par la ville, devenant ville lui-même, ville désertifiée. Il est le chantre de l'écologie bafouée, de la nature dénaturée, de l'interdit, de la pression, de l'agression, du stress. Le message est explicite, trop explicite pour atteindre la gratuité de l'art. Tout est signifiant, les appendices fléchés, les yeux vides dans les têtes robotisées, l'œil lumineux du colimaçon, les cibles en spirale. L'illustrateur, le publicitaire, l'affichiste est plein d'une tendresse qui s'exprime dans un graphisme maigre, sec, élémentaire, employant une acidité à la Prévert, sur les textes duquel il a travaillé. À l'imaginaire dépouillé d'ambiguïté, il prête des teintes pastel, d'aquarelle délavée, pâles, presque imperceptibles, tout en demi-tons.
C'est dans la gravure qu'il retrouve les couleurs franches et, à compter de la moitié des années 1980, modifie son style sinon son chromatisme ; les masses se font plus homogènes, sont traitées en aplat, et il y introduit un sous tableau, par la pose d'une carte au centre de la sérigraphie, qui pourrait être isolée sans dommage.
Le sculpteur :
Au tout début des années 1990, il se met à la sculpture ; des bois légers en forme de totems, ou des bronzes, équivalences difficiles, à trois dimensions de ses personnages-clés, l'homme-au-chapeau ou l'oiseau.  Fontaine aux oiseaux, (1994), Loin, (1994),  le torse et la tête de l'homme au chapeau plat. La Ville, (2000), est fait de deux planches dont les veines ont été placées horizontalement, un peu décalées et, sur le sommet de l'inférieur, quelques maisonnettes. Il multiplie les homme en forme de bouteille de Schiedam dont le bouchon est tête coiffée du chapeau aux bords plats, Le Destin, (2003). Prémonitoire de sa fin, Le départ, (2005), garde à vous regard vers le ciel, l'oiseau dans sa main. En céramique, Temps modernes, (s.d.), chiffres et lettres schématisés dans leur pesanteur sculpturale, écrasant un petit homme.
De ses voyages (1980-2002), il ramène des emballages de sacs en papier qu'il met à plat, transforme en bonshommes d'art brut* colorie de touches et place comme dans un cadre-emboitage tout en hauteur, Personnage, (2002), ou Hommage à Gaudi, (2001). Il est proche alors d'une oeuvre isolée de Hodges*, Deformed, (1989)., sac commercial réduit à une croix suisse.  Angel Custode, (2005), un de ses bonshommes, ailé, au sommet d'un pilier démesuré, l'aile au dos.
En 1960, la France le mésestimant, il publie en Amérique notamment les couvertures de Time ; en 1975, la télévision française lui commande son générique. L'œuvre est un peu galvaudée par la quantité de reproductions et de produits annexes.

Expositions : 1968, gal. de France, Paris ; 1973, biennale de São Paulo ; 2006, Lefor Openo, Paris, (P) ; 2009, Guillaume, Paris, et Vallois, Paris, (P).

Rétrospective : 1971, musée des Arts décoratifs, Paris ; 1982, musée Ingres, Montauban ; musée Picasso, Antibes ; 1984, La Défense, Paris ; 1990, Metropolitan Museum, New York ; 1993, La Pedrera, Barcelone.

Musées : fondation Folon, domaine Solvay, La Hulpe, Belgique : 18 salles d'œuvres de toutes techniques et de toutes époques.

Lieux publics : 1974, station de métro Montgomery, Bruxelles ; 2008, chapelle des Pénitents blancs, Saint-Paul-de-Vence, réalisé à titre posthume d'après ses maquettes.

Citation(s) :
Il a dit :
- Mes œuvres ne figurent dans aucun musée. [...] Mes originaux, je les ai toujours conservés ; les collectionneurs ne possèdent que des multiples, jamais d'originaux : c'est très rare cela.
- Qu'avons nous fait d'autre que de donner vie à nos rêves d'enfant ?
On a dit :
- Il traduit le cauchemar en un stupéfiant, vertigineux, hallucinant ballet mégapolitain. (Dino Buzzati)
- L'œuvre est vouée à la reproduction ; elle y court ainsi le risque (...) de s'y réaliser en s'y évanouissant. Le risque assumé de trouver sa vérité absolue dans la relative fausseté de ses reproductions par milliers.  (Jorge Semprun)