Fiche de présentation

imprimer la fiche

WÖLFLI, Adolf

né en 1864 à Nüchtern, Bowyll, près de Berne, Suisse ; 1872, enlevé à sa mère, il est placé chez des fermiers brutaux ; 1895, suite à une troisième tentative de viol, est enfermé à l'asile de Waldau, près de Berne, après un diagnostic de schizophrénie ; 1899, commence à dessiner ; 1921, son psychiatre le publie ; 1930, meurt à Waldau ; 1945, découvert par Dubuffet* qui le révèle.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Dessinateur

Présentation : Ses oeuvres son bâties dans un ondoiement de spirale, en large jeu de l'oie. Il charrie dans ces volutes des cortèges de détails, décoratifs ou représentatifs, des fleuves, des montagnes, des villes, peuplés d'hommes masqués, de pages d'écritures ou de portées musicales le tout étant réduit au même étiage, Le Grand Chemin de fer du ravin de la colère, (1911, coll. de l'Art brut) avec un souci de la symétrie et la hantise du vide. Ronde musicale aussi puisqu'il se dit compositeur et que ses portées sont peuplées e notes et de signes que l'on a, en vain, essayé de déchiffrer et qu'il faut donc regarder seulement comme une obsession décorative. L'ensemble donne une impression de grisaille, rehaussée faiblement par le crayon de couleur. De grandes écritures à la min de plomb, régulière, servent de cadre décoratif à des découpages et collages* de magazines de 1919 à 1929. Dans l'art brut*, il est le baroque réputé fou quand son contemporain Lesage* est le classique réputé mystique.

Rétrospective : 1980, Centre Pompidou, Paris ; 1991, Centre culturel suisse, Paris ; 2011, Musée d'art moderne et d'art brut,Villeneuve d'Ascq.

Musées : Fondation Wölfli, Berne ; Musée d'Art brut, Lausanne ; Musée de Villeneuve-d'Ascq, collection de l'Aracine.