Fiche de présentation

imprimer la fiche

WEREFKIN, Marianne von

née en 1860 à Tula, Russie ; 1874, apprend le dessin et la peinture avec sa mère, peintre ; 1883-1886, Beaux-Arts de Moscou et cours avec Répine ; 1888, perd deux doigts de la main droite lors d'un accident de chasse ; 1891-1920, vit avec Jawlensky*; 1896, s'installe à Munich, se consacre à son oeuvre et délaisse la sienne ; 1903-1905, voyage en France ; 1906, reprend sa production artistique ; 1909, participe à la fondation du NVM*; 1914, émigre en Suisse à Ascona et abandonne tous ses tableaux à Munich ; 1938, meurt le 6 février à Ascona.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Peintre

Présentation : Expressionniste*, elle s'apparente plus à la descendance de Munch* qu'au Blaue Reiter* dont elle fut l'égérie, La Grand'Route, (1907, fond. Maria von Werefkin, Ascona). Elle ressent pourtant l'influence des nabis, Pensionnat de jeunes filles, (1907, ibid) ou encore Les Jumeaux, (1909, ibid). Mais Munch revient. Le pinceau oule tragiquement en zones circonscrites par les différentes couleurs mêlées qui imposent leur force, indépendamment de la luminosité. Celle-ci ne sourd que parcimonieusement pour mettre en évidence les ombres fantomatiques, les derniers feux du soleil derière la montagne, l'éclairage d'un casino, le rougeoiement d'une forge. Le drame est présent dans ses paysages de ruines, d'arbres dépouillés et de vols de corbeaux et dans ses figures affairées et horrifiées, Ville industrielle, (1912, ibid). Son tragique aussi de l'étirement vertical de ses constructions, Cité ardente, (1909, ibid), de ses montagnes surtout, à pic comme les Dolomites, Le Forfait, (1930, ibid).

Expositions : 1891, Saint-Pétersbourg ; 2000, Seita, Paris, (P).

Rétrospective : 1928, Nierendorf, Berlin.

Musées : Fondation Werefkin, Ascona.