Fiche de présentation

imprimer la fiche

WALTHER, Franz Erhard

né le 22 juillet 1939 à Fulda,Sa renoméer  Hesse, Allemagne ;  ca.1960, École d'arts app)liqués chez Joseph Beuys* ; 1967-1973, part pour New York ; vit à Halsenbeck.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Performeur

Présentation : Faisant écho à la Ligne de Manzoni*, il met côte à côte 100 feuillets qu'il partage par une verticale médiane, (1963). Passant à l' Art concret*, il crée des ajustements de carrés ou de leurs multiples, en coton, avec un effet édredon, Sans titre, (1988, EAC). Il radicalise sa démarche et atteint le minimalisme*, caissons monochromes emboîtables sur un autre monochrome, ou juxtaposables, l'un creux, l'autre plein, Chants de Paris, (1995). Mais sa recherche, apparente dans des aquarelles volontairement inachevés parce que centrées, le porte à définir l'espace, scandé de rectangles (portes, placards, fenêtres), en fonction de l'échelle de l'humain. Il crée également des maquettes de bâtiments qui sont comme des sculptures constructivistes*, Kunsthalle, (1997, Kunsthaus Bregenz).
Sa renommée lui vient de son art de sculpteur de textile ; de longues bandes colorées dans lesquelles le visiteur est prié de se couler et ce sont les visiteurs qui donnent forme au tissu. A compter de 1969.

Expositions : 1966, Aachen Gall., Aix-la-Chapelle, (P) ; 1977, 1982, 1987, Documenta, Cassel ; 1989, 1995, Brownstone, Paris, (P) ; 2011, Jocelyn Wolf, Paris, (G) ; 2012, Centre Pompidou, Paris ; 2015, Le Corps décide, Musée d'art contemporain, Bordeaux, (P).

Citation(s) : On a dit : "
- In architecture, as in art, the more you reduce, the more exacting your standards must be. The more you strip down and eliminate, the greater the pressure on, the import of, what remains. If a room is only to have one oor and one window then those openings must conform exactly to the volume of space contained between the four walls, the floor and the ceiling. They must be shaped and styled with intense concentration and focus. One inch, half an inch, can make all the dfference between something perfect and something botched. Without decoration, without distraction, proportion becomes the essential factor.  (William Boyd).
- Quand les attitudes deviennent forme,   (Harald Szeeman)