Fiche de présentation

imprimer la fiche

SCHUMACHER, Emil

né le 29 août 1912 à Hagen, Westphalie, Allemagne ; 1932-1935, Arts appliqués de Dortmund ; 1934, sa première exposition est interdite par les nazis ; 1939-1945, réformé, il est mobilisé comme dessinateur industriel dans une entreprise d'rmement de Hagen ; 1958-1960, enseigne aux Beaux-Arts de Hambourg ; 1966-1967, de Karlsruhe ; 1967-1968, de Minneapolis ; 1968, membre de l'Académie des beaux-arts de Berlin ; 1992, docteur honoris causa de l'université de Dortmund ; 1999, meurt le 4 otobre à Ibiza, Baléares. 

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Peintre

Présentation : Comme il lui est interdit d'exposer ce qu'il considère comme sa création propre, il produit, de 1934 à 1939, des lithographies, des linogravures figuratives, allégoriques, et peint, dans la suite de la Nouvelle objectivié*. Il y a aussi une oeuvre qu'il ne montre pas et qui a le dépouillement métaphysique* de la peinture italienne, Intérieur, (1936), ou le mélange fuligineux de Rouault*, Rue en été, (1938). Libre, en 1945, de s'orienter selon son instinct,il subit de nombreuses influences, alors qu'il est arrivé à l'âge de la maturité. C'est le misérabilisme domestique d'un Grüber*, les superpositions abstraites d'un Estève*. Il faut attendre le milieu des années 50 pour que s'exprime son matiérisme*. Ici ncore, on pourrait citer Tàpies*, qui est son contemporain, Burri* aussi, ainsi que Wols* ou Dubuffet*. Il choisit la peinture informelle, Sela,(1959, Busch), qui renvoie aux Otages de Fautrier*. Peinture déchirée, mais centrée autour de la blessure, Sodom, (1957, KOH). Dix ans se passent et le style qui est le sien, par lequel il est (re)connu, émerge enfin, avec une toile au titre prémonitoire, Peu à peu, (1960). Il est proche de la cinquantaine. Désormais, il célèbre la matière saisie au lasso qui, retombant au hasard, donne des arrondis ou des polygones irréguliers, Grand Nuage rouge, (1965, KNW) ; mais il se limite aux matières à étendre, les pigments purs mêlés à un liant, auquel s'intègrent parfois bois brûlé, jute, papier collé, fer, etc. Son " signe " privilégié, depuis 1967, c'est l'arc de cercle; simple d'abord, comme une fraction de muraille, plus tarddoté de signes subsidiaires qui lui donnent l'apparence d'une tête, Macumba, (1973-1974, KNW). Il peint sur bois et cette matière qu'il montre, cicatrisée d'épaisseurs noires, semble tantôt être la coupe vrticale des cataclysmes géologiques, Documenta II, (1964, KOH), ou Documenta III, (1963, WLKM), tantôt les meurtrissures, les pustules de la peau terrestre, Crochet en roue (1967, KBrê). Encore qu'il ne faille pas trop vite lui attribuer des paysages abstraits, l'idée de ceux-ci traverse fugitivement l'esprit. C'est ainsi que l'on peut imaginer que dans certaines toiles, telle Livia, (1977, KH), il montre à la fois le profil de la montagne se découpant dans le ciel et la coupe transversale qui laisse soupçonner la composition du sous-sol, ou l'âpreté d'une forêt vierge, un sol neigeux souillé, un soleil desséché. Les grands gestesnoirs, épais et minces, se déploient sur un fond rude, furieux, d'un expressionnisme* exacerbé par la matière, rougeoyante, flavescente ou sépia, outremer aussi, Sans titre, (1981, HB), Eli, (1984, VDHW), Sans titre, (1985, HB). Il n'est que rarement explicite, Onion, (1989) ou Campo, (1994), avec ses taches de moutons et curieusement, il le devient dans ses oeuvres sur papier, de 1979 à 1995. Ce son alors, arbres, fûts, échassiers, et même une figure humaine errante et miséreuse, GE-1, (1995).

Expositions : 1947, Studio für neue Kunst, Wuppertal, (P) ; 1955, René Drouin, Paris, (G) ; 1958, Stadler, Paris (P) ; 1963, 1970, L'Indiano, Florence (P) ; 1977, Europalia, Bruxelles, (P) ; 1996, Stedelijk Museum, Amsterdam, (P).

Rétrospective : 1961, Hanovre ; 1984, Kunsthalle, Brême ; 1989, Kunstsammlung Nrdheim Westfalien, Düsseldorf ; 1997, Jeu de Paume, Paris, (P).

Musées : prévu pour 2002 à Hagen.

Citation(s) : Il a dit : 
- Un tableau n'est jamais fini. Il ne doit pas être fini. Tout tableau achevé est aussi achevé dans le pire sens du terme.