Fiche de présentation

imprimer la fiche

OGURA, Yuki

née le 1er mars 1895 à Mizokami, Japon; 1917, diplômée de l'École nationale supérieure féminine de Nor; 1917-1936, institutrice; 1920, commenceà peindre; 1932, élue membre de l'académie Nihon Bijutsu; 1936, se consacre à la peinture; 1938, épouse le peintre Tetsuju Ogura; 1938-1948, cesse de peindre; 1976, élue membre de l'académie des arts; 1990, dirige l'académie Nihon Bijutsu. Peintre nihonga.

Type(s) : Artiste

Présentation : Jusqu'à la fin des années 50, elle peint exclusivement à l'orientale, perspective niée, Les Fraises (1932) et grand vide des toiles, Le Col du Surihari (1947) ou Une dame (1948, MAM du département de Shiga, Otsu); le dessin et gracile, élégant, comme l'est le chromatisme des pigments sur papier. C'est le règne de l'aplat et des contours nets. Venues les années 50, elle conserve la même technique mais, le plus généralement, occidentalise sa peinture, avec pour exemple la françise. Matisse* domine, son orbe, Lune (1965, MAM du département de Shiga) et ses rayures, Mon amie très chère, la chanteuse Koshiji, un jour de repos (1960, Mus. de Tokyo); mais on reconnaît d'autres graphismes, les gonflements de Dufresn*, Mère à l'Enfant (1961), le léger décalage entre couleur et forme, de Dufy*, Jeune Fille (1961), ou la disposition du réalisme social d'Helion*, En Famille (1958, MAM du département de Shiga). Principalement peintre de figures elle multiplie les natures mortes à compter de 1976 et jusqu'en 1998. Les objets, les fleurs, les légumes se détachent sur un fond nu pigmenté de cendre ou d'or, abstraction étant faite de tout accessoire décoratif qui viendrait encombrer le regard. Un pysage, Les Cimes Bleues (1976, MAM du département de Shiga), est exceptionnel à double titre, par le sujet et par la technique qui se risque au dégradé, comme dans Les Mangues (1997). Lorsqu'elle se rapproche de la pensée bouddhiste, ell ne peint plus que par un trait noir sur fond pigmenté qui forme les figures impassibles, Effigie d'une Divinité (1978), Shiga ou le rosaire (1981), temple à Nara.

Expositions : 1926, Salon Nihon (G); 1945, Japon (P); 1999, Mitsukoshi, Paris (P).

Rétrospective : 193, Mitsukoshi, Tokyo.