Fiche de présentation

imprimer la fiche

LE GROUMELLEC, Loïc

né en 1957 à Vannes, Morbihan, France.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Peintre

Présentation : En 1983, sous une mince bande de ciel gris, des amas lithiques, dolmens ou chaussée de géants, traités en masses compactes d'un roux uniforme. Ces deux couleurs suffisent à recréer l'envoûtement un peu maléfique de la Bretagne, l'écrasement de l'univers granitique vu en plongée ou en contre-plongée, avec des perspectives vite réprimées.
Cinq ans plus tard et jusqu'au milieu des années 90, le noir et le blanc sont devenus ses couleurs presque exclusives, il peint de manière expressionniste* des mégalithes, des maisons et des croix. Le ciel est bas, la toile oppressante, les dolmens christianisés, vus à la nuit tombée ou dans l'éblouissement du soleil qui estompe les contours, ressemblent à des pèlerines tenant debout sous l'effet du gel. Tantôt le noir se mêle de brun, tantôt c'est le blanc ombré de gris. Le dessin est rigoureux, dépouillé, allusif, et la ligne de petites demeures marquant l'horizon ne sert qu'à mettre en situation la magnitude de la pierre, ouvrée parfois comme la chapelle à la façade béante de noire.
Au début des années 90, il crée des installations qui, si l'on en croit le rapprochement avec une photo de piéton abattu, évoquent les drames de la route, pneus de bicyclette éclatés, rubans de séparation routière déployés, fils électriques inaptes à garder le contact avec les secours. En noir et blanc toujours, il réalise différents travaux graphiques qui vont des tasseaux de Riopelle* au minimalisme*, en passant par des roses des vents et des évocations d'écrans de télé ou d'ordinateur. Il reprend son néo-expressionnisme celtisé avec ses mégalithes porteurs de croix qui vont s'ajustant ou s'amincissant jusqu'à suggérer une forme humaine au long manteau d'où émergerait une microcéphalie. A la laque, maisons et menhirs, se serrent les uns contre les autres, pour faire face à l'adversité, ou s'isolent sur la plaine avec au loin la ligne du village, (2008).

Expositions : 1982, En Garde, Rennes, (G) ; 1983, Yvon Lambert, Paris, (P) ; 1995, 1998, Karsten Grève, Paris, (P) ; 2008, 2010, Daniel Templon, Paris, (P) ; 2015, La Cohue, Vannes, (P).