Fiche de présentation

imprimer la fiche

LAPOUJADE, Robert

né le 3 janvier 1921 à Montaubn, Tarn-et-Garonne, France ; exerce divers métiers et se forme à la peinture en autodidacte ; metteur en scène et scénariste ; 1941, se cache seize mois dans une grotte des Hautes-Alpes et y commence à dessiner ; 1970, cesse d'exposer ; 1993, meurt le 17 mai àSaincy, Seine-et-Marne.

Type(s) : Artiste

Présentation : De 1939 à 1949, il est le portraitiste, à la pointe d'argent, de nombreuses personnalités. Puis, à compter de 1949, il brouille les pistes en mêlant la figuration à l'abstraction*, partant du réel pour le restituer sous des traits qui ne sont pas directement visibles, superpositions de lignes ondulantes et de petites figures géométriques, (1949-1950) ; créant de vastes espaces de touches, doublées de leur ombre, (1955-1986) ; dressant des panneaux de touches à la Le Moal*, sinon qu'elles sont de couleurs feuille-morte et qu'elles disent les malheurs du monde, Triptyque sur la torture, (1958-1961) ou Hiroshima (1961) ; revenant à la figuration, oh combien aléatoire, avec des portraits méconnaissables de Sartre, Duras, plu elliptiques que n'importe quel Le Brocquy*; ou Drapeau noir, (1968), évocateur des émeutes de mai ; évoquant ces mêmes masses, par un divisionnisme totalement non-figuratif*, La Foule, (1984), et terminant par des masses parcimonieuses de couleurs, Jacob et l'Ange, (1992), où s'affrontent un roc et un glacier. Ce faisant, il n'appartient plus à aucun des deux camps en présence et il n'a plus l'occasion d'exposer.

Expositions : 1939, Montauban, (P) ; 1945, Salon des Moins de Trente Ans, Paris ; 1947, Jeanne Castel, Paris, (P).

R├ętrospective : 1998, La Galerie, Paris.

Citation(s) : Il a dit : "
- Je ne veux rien déterminer à l'avance, alors ne vous étonnez pas de ma façon de peindre..
On a dit :
-  [...]. Vous êtes là et il ne vous regarde pas [...]. Vous gêneriez l'absolue figure que vous êtes en lui s'il vous regardait.     (Marguerite Duras).
- Quand il chasse la figure de son atelier, il prononce comme tou les artistes ce voeu de misère que la beauté n'a jamais cessé ni ne cessera jamais d'exiger.  (Jean-Paul Sartre).