Fiche de présentation

imprimer la fiche

CARO, sir Anthony

né le 8 mars 1924, à New Maldon,Surrey, Angleterre, Royaume-Uni ; 1944, di^lômé d'ingénieur à Christ College, Cambridge ; 1942-1946, sert dans la marine ; 1946, Regent Street ; 1953-1981, enseigne à la Saint Martin's School, , 1987, anobli par la Reine ; 2013, meurt le 23 octobre d'une crise cardiaque?

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Sculpteur

Présentation : Sculpteur figuratif inspiré par le primitivisme du début des années 1950 ; ses pièces étraangement expressionniste donnent l'impression d'habiter le corps ; elles sont en tuile fondues en bronze.
la base se débordant la tranche du socle notamment. Il ne modèle pas mais soude ou boulonne. Des formes équilibrées, en assemblage de métal oxydé,Twenty-Four Hours, (1960, Tate Britain). Foin de socles, les pièces ouvrent directement l'espace horizontal, en prise directe avec le sol, Bennington, (1964). Ces pièces sont peintes d'une seule couleur et doivent être vues sous leur différents angles. 
Il quitte l'aplat et adopte des matériaux de récupération : il devient baroque., The Window, (1966, ibid.), présente un taillis à larges mailles comme un moucharabieh, entouré des structures de son environnement architectural, panneaux et poutrelles.
De 1967 à 1969, série des Table Piece, dont LXXXVIII, (1969, MoMA), volutes baroques, qu'une pièce maintient à l'angle d'une table pour lui permettre de dégringoler sans choir. Georgiana, (1969, Al-KB), sur trois supports vides, rectangles et cercle, un montage de socs de charrue. . En fin des années 60 il crée Writing Pieces, minces et souples.
Les grands formats reprennent, Emma Dance, (1978, MNAM), tuyaux incurvés et droites rigides avec deux plans de métal, dégage une certaine  légèreté. Il amalgame des pièces de la réalité, découpées et ajustées en fonction des nécessités esthétiques, Iceland Poppy, (1979), réalisant ainsi de véritables trophées emblématiques, The Soldier's Tale, (1983, Tate), en bronze peint, Song and Summer, (2001), aux allures de tuyaux d'orgue ou dans une simplicité qui relie à celle d'un pèse-charge, Land's End, (2003). 
Il revient à la figuration,  After Olympia, (1985, La Défense, Paris), dans une évocation du fronton du temple de Zeus à Olympie ; 25 m. de long, conformation triangulaire sur soubassement, peuple de toutes formes non-figuratives* inspirées par ce qui reste de la réalité. En 1993, pour la première fois, il use de bois, de terre cuite et d'acier oxydé. Il continue à créer des oeuvres à angle qui supposent un socle (dont il est adversaire), dont elles puissent déborder à la verticale.
Son inspiration lui vient de détails architecturaux, assemblage hétéroclite métamorphosé en pièces d'art, un escalier dérobé,
Secret Stair, (1994), une porte dont on ne retient que les gonds et les charnières, Door, (1994). Il reste, pour ses oeuvres de grande dimension, massif, Requiem, (1993), mausolée en grandeur réelle, d'une altière austérité. Promenade, (1996), six tours formant une sorte de mur, allie horizontalement et verticalement les pièces planes et les pièces incurvées, écho tridimentionnel de Cercle et Carré*. Ses tôles, ajustées, sont peintes d'une couleur uniforme pour annuler leur spécificité. En 1982, alors que la non-figuration fait sa célébrité, et qu'il ouvre un atelier à New York, il revient, simultanément, à la figuration classique, un peu maniériste et hybride. Pour reprendre la soudure, enchâssant des pierres dans le métal, Castelli, (1995),  se limitant à reprendre des objets légèrement remaniès. Il retrouve dans ses pièces les formes élémentaires et les métamorphose ainsi de Solo Piano, (2006), épinette au triangle rectangle à base étroite, sur pied en acier galvanisé, ou Cretan Passage, (2007) en poutres et métal concave qu'on imagine venu de Mycènes. Sentinel, (2010), poutrelles, ancre formant le nez, et deux sections de tuyaux, pour des yeux pointés. Il se sert de matériaux hors d'usage mais non de rebuts. A la même époque, il plie le métal en éprouve la ductilité, Upright, (2010).

Expositions : 1956, Milan, (P) ; 1959, Biennale de Paris ; 1963, Whitechapel, Londres, (P) ; 2008, 2010, Daniel Templon, Paris, (P).

R├ętrospective : 1969, Hayward Gall. Londres ; 1975, Modern Art Museum, New York ; 1996, Musée des Beaux-Arts, Nantes ; 2005, Tate Britain.

Lieux publics : 2000, Choeur gothique de Saint Jean-Baptiste de Bourbourg, Nord, chaque ogive étant occupée par une sculpture  ; 2008, baptistère, dans la même église, en deux courbes, l'une ouverte, et l'intérieure en forme de bassin.