Fiche de présentation

imprimer la fiche

HAJDU, Étienne

né le 12 août 1907 à Turda, Roumanie ; parents hongrois ; 1927, arrive à Paris ; 1928, Arts décoratifs et biologie ; Grande Chaumière* chez Bourdelle*; 1930, naturalisé français ; 1931-1932, service militaire ; 1935, naissance d'un fils, dit Jacques Levant*; 1950, épouse le peintre Luce Ferry; 1969, Grand prix national de sculpture ; 1996, meurt le 24 mars à Bagneux.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Sculpteur

Présentation : C'est en 1933 qu'il entame une oeuvre non-figurative*, avec une interruption, de 1937 à 1945, pour quelques sculptures animalières, une autre pour Femme couchée, (1938, Str), bois en taille directe, élongée, si parfaite qu'elle évite le maniérisme ; une autre en 1953-1955, pour un buste de Georges Pompidou, ou encore en 1970 pour une médaille du même. Il tend des feuilles de métal martelé qui laissent apparaître les formes qui les sous-tendent (1946-1958). Il dresse des formes végétales, comme des algues séchées, en minces sculptures ajourées, bifaces, sortes de moucharabiehs organiques, Joucou, (1965), ou plus rarement galette gonflée, sillonnée d'épais lombrics, Ampelle, (1971, 1964-1982). Il articule les vides, réussit à faire exister dans de grands formats, autour d'une légèreté de bronze, de métal poli, de pierre ou de marbre, des " voies-claires " qui sont sa manière de mettre en évidence le relief. Il trouve son inspiration dans les tympans romans comme dans la sculpture des Cyclades, l'amérindienne ou l'archaïque, sans nier sa dette aux grands créateurs contemporains. Vers le milieu des années 1990, il reprend la figure humaine en bronze patiné vert d'eau, la désarticule, la mutile, dans une douceur de matière et de forme qui n'évite pas toujours la formule. Le graphiste transmet au papier la nudité d'une forme unique noire, (1969), puis la subtilité de semis de feuillages, (1974-1989). Il est aussi cartonnier, céramiste et décorateur de théâtre et auteur d'objets d'art appliqué, Soupière, (1970) ou Vase, (1976).

Expositions : 1939, Jeanne Bucher, Paris, (G) ; 1946, Jeanne Bucher, Paris, (P) ; 1957, Kunsthalle, Berne ; 1993, Fondation de Coubertin, Saint-Rémy-les-Chevreuse.

Rétrospective : 1973, Musée national d'art moderne, Paris.

Citation(s) : Il a dit :
-  L'art commence où finit la matière.