Fiche de présentation

imprimer la fiche

FLANAGAN, Barry

né le 11 janvier 1941 à Prestatyn, Glwyd, pays de Galles, Royaume-Uni ; 1957-1960, architecture au Birmingham College of Art ; 1961-1967, différents métiers manuels; 1963, commence à sculpter ; 1964-1966, St Martin's, Londres; 1964, membre du Collège de Pataphysique ; enseigne à St Martin's et à la Central School fot Arts and Crafts ; 1970, commence à graver ; 1977, traite la lumière ; 1964-1966, St. Martin's School, Londres ; vit à Ibiza et à Dublin ; 1991, élu à la Royal Academy; 2009, meurt le 1er septembre à Ibiza, d'une maladie dégénérative.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Sculpteur

Présentation : Le 10 février 1978, son destin bascule : il voit dans les collines du Sussex un lièvre bondissant, il en fait une série de croquis et sa première fonte sort le 7 février 1979. Désormais, son nom est lié, presque exclusivement, à ce totem. Auparavant, après avoir modelé des formes bizarres dans lesquelles on voit un rapport avec Miró*, Aaing j gni oa (1965, Tate), il se contente de montrer des matériaux bruts, Ring, (1966, Tate Britain), tas de sable, June (2), (1969, Tate), bâche sur perches brutes, ou des sculptures de sable enfermé dans des sacs de jute de formes allongées, tenant parfois verticalement, Heap, 4, (1968, ACC), Casb, 1'67, (1967, MNAM) à l'érection phallique. Il  cherche du côté des installations*, Sixties Dish, (1970, Tate), de l'arte povera*, N° 5, (1971, Tate), entassement en carré de branches. En 1973, il commence la sculpture au sens où on l'entend généralement. Des incisions dans des pierres brutes ou leurs assemblages, puis des modelages pour venir au marbre et au bronze; Ubu of Arabia, (1976), ours au chapeau de paille juché sur des blocs en forme de maison. Puis,  fasciné par le lièvre, il l'interprète de manière anthropomorphe. Si la forme relève de Disneyland et de son environnement ludique, la pensée sous-jacente rapproche plus de La Fontaine, lièvres dansant, faisant le beau, luttant, dans des contorsions baroques ironiques, posé sur l'enclume prête à le ferrer, (1989).  En fait, l'animal est prétexte à dessiner des filiformes) dans l'espace, s'imposant le sujet comme contrainte. Il est aussi animalier d'autres catégories, avec une maîtrise très classique. Sa Licorne, (1982, 1991), lisse,  pourrait servir de monture à Marc-Aurèle et ses ébauches de Cheval ou de Centaure, (1987), avec leurs adjonctions au pouce, sont dignes de Rodin ; ses Gendrd, (1986, SG, et 1994), éléphants de cirque, servent de support à des cabrioles de lièvres, et Cougar, (1995) rend parfaitement l'attitude du fauve sur son séant. En 1991, il réalise, sur une colline du Sussex, une oeuvre de plein air* inspirée d'un dessin préhistorique. Thinker on a Rock, (1997) est une paraphrase humoristique du Penseur de Rodin. Trois animaux se trouvent réunis l'éléphant, qui enserre de sa trope le cheval et que chevauche un tigre, (2003).

Expositions : 1965, Librairie Better Books, Londres, (G) ; 1966, Rowan, Londres, (P) ; 1974, Museum of Modern Art, New York, (P) ; 1980, 1996, Durand-Dessert, Paris, (P) ; 1982, Biennale de Venise ;  Whitechapel, Londres, (P) ; 1986, 2000, Tate, Londres, (P) ; 1999, Hufkens, Bruxelles, (P) ; 2011, Lelong, Paris, (P).

R├ętrospective : 1977, Van Abbe Museum, Eindhoven ; 1983, Musée national d'art moderne, Paris ; 1993, musée des Beaux-Arts, Nantes.

Lieux publics : Hall de la Société Générale, Paris, La Défense. Château Smith Lafitte, Bordeaux.