Fiche de présentation

imprimer la fiche

VERMEIREN, Didier

né en 1951 à Bruxelles, Belgique ; 1991, enseigne aux Ateliers, Amsterdam ; 2002, aux Beaux-arts de Düsseldorf ; vit à Bruxelles.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Sculpteur

Présentation : Depuis que la sculpture de plein air existe, il existe une réflexion sur l'importance de ses socles. Encore faut-il la conceptualiser*. Il constate qu'un socle de plâtre, sur un socle de polyuréthane de même volume, écrase ce dernier, que s'il montre un socle surmonté de son moule, cela signifie qu'il s'agit d'une pièce unique puisque le moule ne sert plus et est montré comme partie intégrante de l'oeuvre. Que fabriquer des socles pour des sculptures célèbres (de Rodin), l'indiquer et les signer, c'est renouveler leur approche, même si la sculpture n'est présente que dans le souvenir, Sculpture, (1982, MRBABx), ou si deux piédouches ajustés par leur sommet suscitent un regard étonné, Plâtre, (1982, MNAM), ou si le socle et son moule se trouvent superposés, Saint Jean-Baptiste, (1984, FRAC Rhône-Alpes), ou si le bac peut contenir la distance entre les pieds d'un Giacometti*, L'homme qui marche, (1984, SMAK). Socle nu et sculpture en soi, socle porteur d'une d'une sculpture La Pierre, (2007), et socle retourné, de telle manière que l'armature qui le soutient devienne face extérieure.
Il montre aussi des structures de conteneurs à roulettes, des tables aux pieds gigantesques, Sans titre, (1986, MPSG), ou l'essai de modifier le regard. Portrait, (1993) met à plat un moulage en plastique des rides d'un visage, ou la réalité vue différemment. Il entreprend ca. 1999, les Solides plastiques, suivis des Solides géométriques, (2003-2004), formes grossièrement cubiques en terre émaillée blanche, posée sur un socle de bois noir approprié; cela va d'un n°1 agglomérat de fragments de poteries courbes et crantés (2003) à un n° 8, fait de mottes et proche des compressions d'Arman*, en passant par le n°5, polyèdre lisse comme un Gilioli*.

À compter de 1975, il photographie régulièrement son atelier pour constater l'effet du rapprochement éphémère de certaines pièces entre elles. et leur métamorphose par le glissement de la lumière, Cariatide à la pierre, suite de 32 images en noir et blanc.

Expositions : 1974, Delta, Bruxelles (P) ; 1983, Éric Fabre, Paris, (P) ; 1977, Maier Hahn, Düsseldorf, (P) ; 1995, Jeu de Paume, Paris, (P) ; 2005, Musée Bourdelle, Paris, (P) ; 2012, La Maison rouge, Paris, (P).

Lieux publics : Place, (1999), structure de conteneurs à roulettes imbriquées, Jardin des Tuileries, Paris.