Fiche de présentation

imprimer la fiche

LANDOWSKI, Paul

né le 1er juin 1875 à Paris, France ; 1880, devient temporairement aveugle et découvre le modelage ; 1893-1894, académie Julian, Paris ; 1895-1900, Beaux-Arts, Paris ; 1900, premier prix de Rome  ; 1901-1906, Villa Médicis*, Rome ; 1906, s'installe à Boulogne-Billancourt ; 1910, enseigne à l'académie Julian ; 1914, mobilisé aux armées ; 1917, naissance de François Lanbdowski-Caillet* ; 1918, fait partie de la section de camouflage* ; 1926, élu membre de l'Institut ; 1929-1933, directeur de la Villa Médicis*, Rome ; 1937, directeur des Beaux-Arts de Paris ; 1955, élu membre de l'Académie royale de Belgique ; 1961, meurt le 31 mars à Boulogne-Billancourt.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Sculpteur

Présentation : Il pratique le modelage et, plus rarement, la taille directe. Rompant avec l'allégorie du XIXe siècle et avec les "excès" de l'expressionnisme* de Rodin - encore que Les Fils de Caïn, (1900) se ressente de son influence -, il se consacre à la sculpture monumentale d'un réalisme encore empreint d'un reste de symbolisme, David combattant, (1900, MBB), ou transfiguré, Hymne à l'aurore, (1908, MBB).
Après Rodin, c'est Bourdelle* dont on perçoit la trace, dans Aux gardiens du feu éternel, (1913, Panthéon, Paris).
Le réalisme devient plus dru avec Le Pugiliste, (1920, MBB), étiré et hiératisé ; familiarité bon-enfant pour Montaigne, (1933) ; majesté sobre et sombre pour le Tombeau du Maréchal Foch, (1937, Invalides). Pour le ciment, il dessine la Sainte-Geneviève du pont de la Tournelle, à Paris (1924) et le Christ de la Baie de Rio, (1925), tous deux d'un drapé également hiératique, symétrique et angulaire, le second étant réalisé, sur 30m de haut, par l'architecte Heito de Sila Costa. Les Fontaines de la porte de Saint-Cloud, à Paris (1930) s'insèrent dans l'Art déco*, tandis que Le Cantique des Cantiques, (1943) a le lissé d'un Maillol* dépouillé de son aspect pulpeux.
Sa dernière œuvre, Débarquement de Norvège, (1960), a des accents bourdelliens*.
Il poursuit, de 1902 à 1954, le rêve, irréalisé, d'ériger un temple de l'homme aux murs sculptés retraçant l'histoire de l'humanité de Prométhée à Jésus ; la maquette est achevée en 1925.

Expositions : 1906, salon des Artistes français ; 1947, Ruas, Paris, (P) ; 1999, Petit palais, Paris (P).

Lieux publics : Travaux innombrables. 1900, Les Fils de Caïn, Tuileries ; 1917, mur de la Réformation à Genève (en commun avec Bouchard*) ; 1925-1931, Christ du Corcovado ; 1930, Fontaines, place de Saint-Cloud, Paris ; 1933, Montaigne, rue des Écoles, Paris ; 1934, fontaine, place de Saint-Cloud, Paris ; 1937, tombeau du maréchal Foch aux Invalides.

Citation(s) :
On a dit :
- Celui dont la production se rencontre le plus souvent en tous pays, au contact quotidien de la foule. (Jules Romains)

Bibliographie(s) : Michèle Lefrançois, catalogue raisonné de l'œuvre sculpté, Creatis, 2005.

Archives : archives du Temple de l'Homme, 204 croquis, Petit Palais, Paris.