Fiche de présentation

imprimer la fiche

IPOUSTÉGUY, ( Jean Robert, dit )

né le 6 janvier 1920 à Doulcon-sur-Meuse, Meuse, France ; 1938, cours du soir des Beaux-Arts de la ville de Paris ; 1939, mobilisé aux armées, commence à sculpter la boue ; réfractaire au travail obligatoire, se cache à Saintes ; 1945, revient à Paris ; 1948, s'installe à Choisy-le-Roi ; 1949, se consacre à la sculpture ; 1966-1967, se conscre eclusivementauà la peinture ; 1977, Grand prix national des arts ; 2003, retourne à Doulcon-sur-Meuse ; 2006, y meurt le 8 février ; 2007, son atelier est dispersé par Artcurial à Paris.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Peintre - Sculpteur

Présentation : Le sculpteur de figures-méduses, unit des segments d'académies à des voiles de bronze, cuirasses anthropomorphes, sur lesquelles affleurent les têtes et les membres, lovés ou n'apparaissant qu'au travers d'une anfractuosité dans une architecture de lignes brisées, Rose, (1955) ou Casque fendu, (1968). Gange, fleuve de Mythra, (1972), bloc de marbre noir porte des formes blanches qui font songer à un paquebot sans proue ni poupe.Un muasolée,Saint Jean d'Acre, (1960). Ses sculptures déconcertent mais il reçoit nombre de commandes publiques, monumentale. ll sort les formes e leur gangue , et les articules,Gange,fleuve de mythes, Gange, fleuve de bites,  (1972). La Maison, (1976, une femme au visage doublé d'un masque, dotée de quatre jambes forme un carré par repli sur soi. En pied, figuratif, La Terre, (1962), androgyne pondéreux. 
Il trace aussi des fusains matissiens*. Quelques lignes ondulantes, l'accent mis sur un détail caractéristique suffisent à évoquer des corps de femmes ou d'hommes ; un oeil, le nez, la bouche font un portrait abstrait* mais complet, baroque en quelque sorte. Sa suite de l'Illustre Passion, (2002) en 61 stations, est traitée en référence aux textes de l'Ecriture ; de manière figurative, abstraite ou allégorique, sans repentir et cela se perçoit, les couleurs pastel, le travail en réserve, l'usage de la bombe, tout a été réalisé dans l'alacrité et l'impatience.

Expositions : 1956, Salon de Mai, Paris ; 1962, 1985, Claude Bernard, Paris, (P) ; 1964, Biennale de Veniseet Albert Loeb, New York, (P)  ; 1993, Briance, Paris, (P).

Rétrospective : 1978, Fondation des arts graphiques et plastiques, Paris ; Kunsthalle, Berlin ; 1999, Chelsea.

Musées : Fondation Ipoustéguy, Doulcon-sur-Meuse; municipalité de Choisy-le-Roi.

Lieux publics : 1972, L'Homme construit sa ville, Grenoble ; 1976, Monument à John Neuman, premier saint américain, église de Douglon ; 1979, L'Homme construit sa ville, Berlin ; 1981, L'Homme construit sa ville, Chambéry ; 1982, L'Homme construit sa ville, Lyon ; 1988, L'Homme aux semelles, (Rimbaud), bd, Sully-Morland, Paris, transféré avenue Georges Besse, Montparnasse.

Citation(s) : Il a dit :
- Je n'hésite pas à être seul.