Fiche de présentation

imprimer la fiche

ZWOBADA, Jacques

né le 6 août 1900 à Neuilly-sur-Seine, Hauts-de-Seine, France, d'une famille d'origine slave, en France depuis le XVIIIe siècle ; 1918, passe six mois aux Beaux-Arts de Paris ; 1928, deuxième Grand prix de Rome ; 1934-1962, enseigne aux Arts appliqués ; 1939, s'éprend de la femme de son ami sculpteur Letourneur, Antonia Fiermonte ; 1942, l'épouse ; 1956, mort de cette dernière pour laquelle il construit un mausolée monumental à Mentana, Rome ; 1946-1948, enseigne à l'académie de la Grande Chaumière*; 1948-1952, à l'académie Julian* ; 1948-1950, aux Beaux-Arts de Caracas ; 1962, 1967, aux Beaux-Arts de Paris ; 1967, meurt le 6 septembre à Saint-Cloud ; est inhumé à Mentana aux côtés de sa femme.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Dessinateur - Sculpteur

Présentation : Le Lutteur (1936), académie lissée et bras et jambes tronqués. A compter d'Origénie, (1943), marque le début de l'effacement du corps dans l'informel. Maternité, (1944) ou Les Lutteurs, (1954), c'est le triomphe du creux et du plein, à peine allusif et toujours lissé.  Durant le même temps, il sculpte par adjonction et donne à ses œuvres un caractère déchiqueté, Métamorphose, (1954), où un corps sort de sa gangue végétale ; Interpénétration, (1956) ou Le Couple, (1956), datant de l'année de la mort de sa femme, avec encore Eternité, (1963) ou Bête fantastique (1962). Ses verticalités agglomèrent des formes qui ont été figures et se regroupent pour échapper à l'état premier qu'elles sont en train de perdre, ses horizontalités suggèrent l'accouplement monstrueux d'insectes. Tout en rondeurs stylisées, sa stature devient agressivement tellurique. C'est une illustration des Métamorphoses d'Ovide, le moment où l'humain se trouve transformé en végétal. Il revient momentanément à la figuration avec Le Cheval, (1947). Simultanément, il travaille par adjonction, avec un effet de déchiqueté, La Danseuse, (1953), Le Couple, (1956) ou Interpénétration, (1966). Chevauchée nocturne, (1959) ou Bête fantastique, (1962), tendus dans l'horizontalité comme l'œuvre de quelque futuriste*.
Le graphiste qui ne travaille que le fusain. Dans la seconde moitié des années 1950, il superpose des équerres ou des formes arrondies irrégulières qui renvoient tantôt à Soulages*, tantôt à un Estève* funèbre. Puis éclatent les cataclysmes cosmiques, avec leurs déchirures de ciels, leurs raz de marée et des formes biomorphes qui naissent de ce chaos, La Création (1963) (3,30 x 4,50 m).

Expositions : 1925, Exposition des arts décoratifs, Paris, (G)  ; 1946, Charpentier, Paris (P) ; 1995, Musée Bourdelle, Paris, (P).

R├ętrospective : 1969, Musée Rodin, Paris.

Lieux publics : 1926, Monument à André Caplet, Le Havre; 1933, à Simon Bolivar, Quito; 1933, Porte du cimetière de Belfort ; 1956, Campo santo, Mentana, triptyque de bâtiments entourés de diverses sculptures;