Fiche de présentation

imprimer la fiche

HOLZER, Jenny

née le 29 juillet 1950 à Gallipolis, Ohio, États-Unis d'Amérique; 1968-1970, Beaux-Arts de l'université Duke de Durham, Caroline du Nord; 1970-1971, de Chicago ; 1972, d'Athènes, Ohio ; 1975-1977, de Rhode Island; 1977, du Whitney, New York; s'installe à New York; 1990, Lion d'or de la biennale de Venise ; 1994, docteur honoris causa de l'université d'Athènes, Ohio ; 2000, du William College de Williamstown ; 2003, dede la Rhode Island School of Design, Providence ; 2005, de la New Scool University de New York ; 2009, du Montserrat Colllege of Art de Bebeverley et su Smith College de Northampton.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Plasticien

Présentation : Jusqu'en 1977 elle est peintre non-figuratif*. Puis elle choisit d'inscrire des truismes - c'est le mot qu'elle emploie qui coïncide parfaitement à la réalité - sur des papiers placardés dans les rues, au besoin transformés en oeuvres muséales, Bench # 16 from theLiving Series, (1980-1982, UBS) et, à compter de 1980, en des journaux lumineux, grâce au LED (Light Emittig Diodes),  Selection From the Survival, (1983-85, MNAM). Elle innove en posant ses lettres verticalement sur 9 colonnes de 14 m de haut, éclairées recto verso, avec un léger décalage temporel, Sans titre, (1997, SGB). Conceptualisatrice*, elle croit au remplacement de l'art par le langage et elle promène le spectateur entre lieux communs, déclarations provocatrices et affirmations moralisatrices, qu'elle grave dans des bancs de pierre face à ses sentences lumineuses, du genre What a Shock. When they tell you it Won't Hurt and you Almost Turn out When they Began. Une colonne de 36 m de haut, sur 23 cm de côté, diffuse des textes qui filent vers le ciel, (2001, NNG). À compter de 1996, elle projette ses sentences sur des monuments, et même sur des vagues. Partant du principe que la peinture est plus pérenne que le papier, elle reproduit en couleur des documents de la défense américaine, déclassifiés mais accablants et leur confère le statut de tableau, My Government, (2006), en prenant soin de supprimer des paragraphes censurés qui en deviennent plus parlants. A compter de 2009, elle envoie des SMS artistiques, par mobile.

Expositions : 1975, PS1, New York, (P) ; 1982, Chantal Crousel, Paris, (P) ; 1984, Kunsthalle, Bâle ; 1990, biennale de Venise ; 1998, 2007, Lambert, Paris, (P); 2009, Ecritures silencieuses, espace Louis Vuitton, Paris, (G) ; 2009, Fondation Beyeler, Zürich, (P).