Fiche de présentation

imprimer la fiche

WEGMAN, William

né le 2 décembre 1942 à Holyoke, Massachusetts, États-Unis d'Amérique ; 1961-1965, Massachusetts College of Art, Boston ; 1965-1967, université de l'Illinois, Urbana ; 167-1970, enseigne à l'université du Wisconsin ; 1969, commence à pratiquer la vidéo*; 1970, s'installe à Los Angeles ; 1985, commence à peindre.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Plasticien

Présentation : Dans les années 1970-1990, il montre des photos d'" histoires " de chien, de braques, le " Man Ray" qu'il achète 45 dollars, qu'il fait empailler lors de sa mort en 1982, pour en user encore, puis qu'il remplace par " Fay Ray ". "Man Ray" pose dans des séquences humoristiques, comme une transposition de bande dessinée, Stormy Night, (1972), mas aussi dans les poses de chien de cirque où certains veulent voir une dérision de l'homme comme dans l'anthropocentrisme de La Fontaine ; mais celui-ci ennoblit l'animal tandis que Wegman, comme le saltimbanque ou le badaud qui l'observe, semble se réjouir du regard pitoyable de l'animal affublé, Ray-O-Vac, (1972, domaine de Kerguéhennec), le chien joue les équilibristes entre deux ordinateurs de l'époque. Sa première video* Milk/Floor, (1970), le montre à quatre pattes crachant une ligne de lait, suivi de "Man Ray", la léchant et cognant sa truffe sur la camera. Il crée des séquences sur le thème des contes de Perrault, Le Petit Chaperon rouge ou Cendrillon, l'animal étant nanti de mains. La photographie en couleurs situe l'animal sur un fond uni violet, beige ou pourpre. Et il en vient à s'en servir pour obtenir des photos abstraites en couleurs ou en noir et blanc : deux pattes en ogive, c'est Church, (1998) ; des dos servent de pierre pour une composition à la O'Keefe*, Lake Shore, (1999). Strippy, (2001), le successeur de "Man Ray" est pris harnaché de bandes de papier coloré aux reflets métalliques comme l'oeuvre tardive de Malevitch*. Autre genre de facétie, William Wegman, Reading Twoo Books, (1971), l'un dans la main droite, l'autre dans la gauche et un strabisme divergent.
Ses débuts comme peintre montrent les influences de Hartley*, Dove* et Dufy*. Le dessinateur minimaliste*, à la signification celée, débute en 1972. Il trouve son style dans des toiles qui sont un brouillard à la Turner, des délayages de paysages chinois sur soie, à dominante gris et parme ; elles évoquent une brume concentrationnaire. Lorsqu'on s'approche on distingue des micro scènes sarcastiques et guerrières construites sans observance de l'échelle de grandeur : Blessing of the Field, (1986), ou Itinerary Scene Views, (1991), dans un tourbillon bleu, bateaux, sous-marins et avions sont traités comme valeurs ornementales et descriptives sans attention à l'élément auxquels ils devraient s'attacher. Une file de soldats ou de prisonniers avance en demi-cercle, surplombant un lac gelé avec des caricatures de patineurs. Une ville se déploie en amphithéâtre. Un dinosaure (1988), apparaît derrière un rideau de feuilles rouille. Les titres apportent à ces dessins, volontairement débraillés, une saveur sarcastique. Caution, Men Working, (1997) illustre des exhibitionnistes. Cet oeuvre graphique comprend des Polaroid retouchés, Period concerns, (1991), des cartes postales découpées, des collages, Bob and Ray, (1996), rehaussés à la gouache, hommage aux comédiens éponymes et allusion à Man Ray par insertion de ses fameuses Lèvres.

Expositions : 1971, Sonnabend, Paris, (P) ; 1993, Durand-Dessert, Paris, (P) ; 2006, Senior Shopmaker ainsi que Speron Westwaker, New York, (P).

R├ętrospective : 1992, Whitney, New York ; 2006, Brooklyn Museum.