Fiche de présentation

imprimer la fiche

LECCIA, Ange

né le 19 avril 1952 à Minerviu, Corse, France; 1971, premier films qui inaugurent sa réserve d' images; Beaux-Arts de Grenoble; décennie 1990, séjourne au Japon et voyage en Moyen-Orient.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Plasticien

Présentation : En 1971, il apparaît comme auteur d'interventions* sur le rivage du Cap Corse, projetant sur les vagues la diapositive d'un primitif italien, devenant, du fait de la marée, mouvant. Il ne cesse de s'intéresser aux mouvements e la nature, en prenant des video, non seulement de la mer, (1991), mais des orages, (1994, Val.), des fumées à La Réunion, (1995). Les " arrangements " insolites auxquels il procède, deux "Concorde" nez à nez, un but de football rabattu sur le sol, des piles de cartons d'emballage, ou dux motos Honda, également nez à nez, sous le regard d'affiches japonaises, Je veux ce que je veux, (1989, MAMStE). Il érige un carré de parpainfs, encombré de ruines centrées sur un écran de télévision projetant la mire, sans possibilité de transettre quelque message que ce soit, Doistrait du réel, (1985, Val.). Il met en scène la vie publicitaire aussi bien que la société de consommation érotisée. Fasciné par la Callas, il lui consacre des installations vidéo*, Arrangement, (1991, MAMStE), avec sa voix, son image évanescente comme celle de la cantatrice du Château des Carpates de Jules Verne, ou, à l'opposé, parce que privés de son, la projection sur 5 écrans de catastrophes aériennes opposées à l'asphyxie par l'eaud'un visage de jeune fille en gros plan, Pacifique, (1997). Il remplace l'écran par un mur de parpaings et y fait défiler les images ferroviaires d'Orient, (2003). Il filme de manière interminable, Ruins of Love, (2006), les barbelés d'uncamp de redressement à Pnom-Penh, piqués lentement de la lumière des réverbères, dans un éclairage nocturne orangé. Il est aussi graphiste, Yeux bleus, (1982, MNAM), reportant de minuscules fragments semblables de photos sur toile, obtenant un efet presque cinétique*. Sur six écrans et durant 32', il enc haîne des extraits de ses oeuvres précédents et estime que c'est une oeuvre nouvelle, Logical Song, (2013) 
Photographe, il manuipule les images pour rendre complexes les oeuvres et il montre également, imprimé en négatif, noir et blanc, un champ de végétaux. (2003); il reprend son éclairééage orangé de prédilection, en tire des ombres exressionnistes*, avec halos, recoins, pour des images animées fantastiques, prises au Cambodge, (2006).

Expositions : 1980, Haut-Pavé, Paris, (P) ; 1983, Arco d'Alibert, Rome (P) ; 1985, 1989, 1997, Arc, Paris (P) ; 2003, 2006, Almine Reich, Paris, (P) ; 2013, Mac/Val, (P)