Fiche de présentation

imprimer la fiche

KOSUTH, Joseph

né le 31 janvier 1945 à Toledo, Ohio, États-Unis d'Amérique ; 1955-1960, école de design du musée de Toledo ; 1963-1964, Cleveland Art Institute ; 1965, School of Visua Arts, New York ; vit à New York.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Plasticien

Présentation : Artiste conceptuel * dont la manière la plus spectaculaire consiste à présenter un objet trivial, sa photo grandeur nature et l'agrandissement photographique (Blow up) de la définition de cet objet dans un dictionnaire : One and Three Chairs, (1965, MoMA et MNAM), Marteau, (1965, CDA). Ou simplement la définition agrandie, imprimée sur le mur, Sans titre, Nothing, (1968, 20J). Ou encore quatre vitres carrées posées contre le mur, transparence qui le révèle, Clear, Square, Glass, Leaning, (1965). Un titre en tube de néon, Five Words in Yellow, (1965, MAMStE), suffit à réaliser cette symbiose entre linguistique et esthétique, No Number, N° 6, on Colour Blue, (1991, MAMChi), qui déroule la phrase de Wittgenstein : " I am only describing language, not explaining anything ". Mais cette représentation du concept était encore trop envahissante, aussi arrive-t-il à publier çà et là (panneau publicitaire, espace dans la presse, etc.) des listes de concepts, Deuxième investigation, Synopsis of Categories, (1968, VAbbe). Il trouble la vision de la représentation avec Cathexis, n°48, (1982, MACM), photographie d'un assemblage de textes théoriques, imprimés en offset à l'envers. Pour mettre un peu de variété dans ces affichages, il conçoit des mobiles sur lesquels s'étalent les textes (1995). Il organise une bibliothèque ou une librairie au sol, ménageant des couloirs entre plusieurs épaisseurs de livres jalonnés de mêmes titres, ce qui est manière de publier des textes même s'ils sont inaccessibles; pour autant, il ne renonce pas à ses panneaux portant des impressions de dictionnaires, ou de bibliothèques, (2006), portant en inclusion une phrase d'un auteur.

Expositions : 1969, Museum of Modern Art, New York ; 1974 Musée d'Art moderne de la ville, Paris ; 1996, Yvon Lambert, Paris, (P) ; 2006, Almine Rech, Paris, (P).

Lieux publics : 1990, Place des écritures, Figeac, monument commémoratif de Champollion.