Fiche de présentation

imprimer la fiche

DE CORDIER, Thierry

né en 1954 à Renaix, Flandre, Belgique; 1972-1976, Beaux-Arts, Gand.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Plasticien

Présentation : Auteur d'interventions* - la première, en 1985, à Gand - consistant à se montrer dans différentes attitudes et réalisant ainsi une oeuvre d'art, puisque produire de la réalité c'est produire de l'art.  Auteur d'installations*, AAA (1989-1992), sur un podium blanc, une boule noire nantie d'une tige, une grenade, végétale ou militaire. Sculpteur, avec Je n'ai rien à voir avec le XXe siècle, (1988, SMAK), sur 2,30 m de haut, un hybride homme-corbeau crucifié, ou Écritoire, (1990, VAbbe), aux pieds démesurés, un gigantesque chapeau melon fendu, Trou Madame, (1994, SMAK) ou Jardinière, (1989, MNAM) sorte de monolithe, de blockhaus, avec une cheminée, un paillasson, et une entrée boutonnée, abri contre les cataclysmes à venir. Mais aussi Boîte noire, (2004), long parallélépipède doté d'un oeilleton à l'une des extrémités; vers lequel on se précipite, alors qu'il faut regarder par un imperceptible trou noir à l'autre extrémité pour voir le seul oeilleton.
Peintre et collagiste, à compter de 1982, ses oeuvres alignées d'une modeste moyenne de 15 x 20 cm. plongent dans les ténèbres de l'encre de Chine, Mer du Nord à Ostende, (1982), une ligne d'horizon entre deux noirs presqu'identiiques. A la manière brouillée d'Arnulf Rainer, Dieu est une poire, (1989-2002, musée du Grand Hornu). Peintre traditionnel, Pseudo autoportrait comme Christ, (1991-2004), crucifixion grandeur nature, être baissée cachée par les cheveux tombants et amorce d'érection sous le linge. Grands formats de paysages et de marines, il mêle à l'huile noire de l'émail pour de vastes étendues à premier plan végétal, pour jouer avec la lumière, Spinache, (1999) ou Mer du Nord, (2011).
Les collages vont du manuscrit, écrit dans l'anglaise penchée du 19ème siècle, à des partitions de musique et à des plans de maison, House, (2004) ou encore à un simple rectangle peint à l'acrylique blanc qui joue au miroir,  Rien, rien, rien, (2004). 

Expositions : 1974, YD, Gand, (G), 1975, (P ; 1987, Musée de Westphalie, Munster, (G) ; 2003, Marian Goodman, Paris, (P) ; 2004, Centre Pompidou, Paris, (P) ; 2012, Bozart, Bruxelles, (P).