Fiche de présentation

imprimer la fiche

CALZOLARI, Pier Paolo

né en 1943 à Bologne, Italie ; passe son adolescence à Venise ; 1967, fait partie des artistes Arte Povera*; vit à Urbino.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Plasticien

Présentation : Ses deux premières années d'activité, 1963-1965, il présente des "tableaux" "classiques" à la limite de la figuration et de l'abstraction*, dans lesquels il insère des objets. Puis il s'engage, compter de 1967, dans l'arte povera, pratiqué avec la plus grande variété des matériaux organiques et manufacturés, J'ai cousu un vêtement pour entrer au paradis, (1968, Frac, Nord-Pas-de-Calais), texte brodé en italien, blanc sur toile blanche accompagné d'une fourche triangulaire d'acier. Des textes de néons, enfouis dans de la margarine qui empoisse un escalier, d'autres dans de la glace. Le "Sublime" poursuivi mêle la quête de la lumière - deux bougies blanches allumées sur deux minces tube de néon bleus, des lumignons dans un plafond enduit aussi de margarine - (à l'instar de Beuys* en 1964) à la quête du mouvant, de la transformation : des tableaux de papier laissent glisser entre leurs feuilles des escargots vivants (1975) ; un diptyque de bacs de plomb, juxtaposés au mur, contiennent un tapis, l'un de mousses fraîches, l'autre de mousses sèches, (1979) ; une série de matelas blancs pendus sont enserrés dans des cordes givrées qui se resserrent, (1970), des tableaux métalliques alimentés par un condensateur qui les givre, puis les oxyde, à des intensités différentes, (1986). Carré d'or et colonne, (1997), feuilles d'or au mur et colonne penchée de carton enduit de paraffine. Paravent, (1998), un mur étroit de 3 x 1,50 m, en mosaïques d'acier noir. La Jupe qui vole, (2001), aspirée au plafond par des ballons. Le son, la vidéo*, l'odeur, l'écriture, l'environnement* et l'installation* sont appelés à la rescousse de cet art global d'un univers où dominent les blancs, un peu cliniques.

Expositions : 1965, Bentivoglio, Bologne, (G) ; 1969, Sperone, Turin, (P) ; 1970, Sonnabend, Paris, (P) ; gal. de France, Paris, (P).

R├ętrospective : 1977, Musée Diego Aragona Pignatelli Cortez, Naples ; 1986, Gall. civica, Modène  ; 1994, Jeu de paume, Paris, et Castelo di Rivoli, Turin ; 2008, Fondation Maeght, Saint-Paul-de-Vence, (P)