Fiche de présentation

imprimer la fiche

FRANK, Robert

né le 9 novembre 1924 à Zurich, Suisse ; 1940-1942, études photographiques à Bâle et Zurich ; 1942, utilise un appareil de grand format ; 1947, s'installe aux États-Unis ; 1948, voyage en Amérique du Sud et en Europe ; 1949-1952, vit à Paris et à Londres ; 1955, voyage à travers les Etats-Unis ; épouse Mary Frank*; 1959, relativise la photographie au profit du film ; en produit 13 ; 1969, vit à Mabou, Nouvelle-Écosse, Canada avec June Leaf, artiste ; 1983, revient à Zürich ;  2005, reprend la pratique assidue de la photographie.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Photographe

Présentation : Débuts comme photographe de mode. Avant son grand tour d'Amérique du Nord, il photographie Paris, (1949-1952). Paris vide, Champs-Elysées, (11 novembre 1949) ,avec trois porteurs d'une couronne sur la chaussée déserte; un Paris pâle de son sol, de son pavement, de sa brume, mais aussi le Paris des rues animées quand les passants sont perdus dans leurs pensées, leur absence, leurs rêves. Durant la même période, il photographie à Londres dans le fog, City of London, (1951), longue échappée vers un néant tandis que déambulent des hauts-de-forme et des melons. Au Pays de Galles, il prend les gueules noires des mineurs rentrant chez eux, Ben James, Coal Miner, (1953), dans une échappée de corons.
Sa grande aventure, c'est le tour des Etats-Unis (1955-1956), durant lequel, il prend 20.000 clichés en noir et blanc, qui rendent compte de l'inégalité entre blancs et noirs ; formellement négligés, flous, cadrés à la va-comme-je-te-pousse, et 83 d'entre eux, l'objet de deux livres concurrents qui sont une référence, The Americans, Forth of July, New York City, (1954), ou plus rarement, soigneusement construit, The Americans, Santa Fe, (1955). Ses reportages photographiques au Leica, montrent l'Amérique au quotidien, celle des ouvriers de l'automobile à Detroit, alignés au travail devant une même chaîne Assembly Line, (1955) ou à table,Drugstore, (1955) ; celle de la Convention démocrate dont seuls les alentours sont montrés, un panneau pour John Kennedy, abandonné tête en bas l'évasement d'un tuba cachant son joueur sous le bas d'un drapeau, Political Rally, (1956); celle des bas-fonds, Coney Island, 4th of July, (1958), et parfois celle d'Hollywood,Movie Première, (1955). Souvent ce sont des photos de groupe, mais il règle aussi sur les individus, Cafeteria, San Francisco, (1955), ou au contraire, efface celui-ci en fixant sur l'entourage. Il est un pionnier de la photographie sociologique, produisant des images apparemment bâclées, au cadrage approximatif. Il est pictorialiste* de l'abstraction géométrique avec U.S. 285 New Mexico, (1955), image frontale d'une autoroute sans fin qui escalade la colline en prolongeant les bandes peintes de séparation du premier plan. En noir et blanc.
Après une interruption, il photographie ses proches et construit rigoureusement ses images dont il abime les négatifs et qu'il accompagne de textes, I Wake Up Turn on TV, (1979), ou Sick of Goodby's, (1998). Au milieu des années 1970, il emploie le polaroïd dont il triture aussi les épreuves, estimant après son expérience de cinéaste, que l'image ne suffit pas à rendre compte de la réalité; les siennes seront plus que jamais manipulées, Look Out for Hope, (1976) ou Mabou, (1998).
Il s'inscrit en rupture avec la belle image, fait le procés des "Américains". Cet ouvrage connaît dans l'ensemble de ses tirages 700,000 ex. vendus jusqu'en 2008. Il est ouvrage de référence pour nombre de photographes. La première édition est française, chez Robert Delpire, (1958), mais sa présentation ne rencontre pas les souhaits de l'auteur qui se trouve satisfait par l'édition américaine postérieure chez Grove, (1959) qui donne le La du succès. Contentieux, renouvelé en 2008, lors de réédition chez Delpire et Steidl en Allemagne.

Expositions : 1950, Museum of Modern Art, New York, (G), et 1962, (P) ; 1961, Art Institute, Chicago, (P) ; 1985, Musée d'art contemporain, Montréal, (G) ; 1977, Yajima, Montréal, (P ); 2008, Bibliothèque Nationale, Paris, (G) ; 2009, Jeu de Paume, Paris, (P).

Rétrospective : 1994, National Gallery, Washington ; 1995, Stedelijk museum, Amsterdam ; 2000, Kunsthaus, Zürich ; 2004, Tate Modern Londres.

Musées : Maison européenne de la Photographie, les 83 photographies de Les Américains.