Fiche de présentation

imprimer la fiche

FRANCK, Martine

née en 1938 à Anvers, Flandre, Belgique ; 1940, grandit aux États-Unis et au Royaume-Uni ; histoire de l'art à l'université de Madrid et à l'Ecole du Louvre ; 1963, voyage en Orient et commence à photographier ; 1970, agence Vu ; 1972, co-fondatrice de Viva*; 1970, épouse Henri Cartier-Bresson*; 1973, diplômée de l'école du Louvre ; 1980, rejoint Magnum* ; 2012, meurt le 16 août à Paris, d'un cancer.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Photographe

Présentation : Ses vues sont construites dans une perspective allongée, comme une toile de Tanguy*, des figures ponctuant les différents plans dégressifs, Piscine conçue par Alain Gapeilleres, Le Brusc, (1976), tout en rondeurs de lieu et de gens.  Ce qui l'intéresse dans les paysages, c'est l'étrange, comme cette ombre de troncs rejoignant, au-delà d'un mur, la frondaison d'autres arbres, Nîmes, (1989), ou cette échappée de troncs étêtés, Région parisienne, (1978). Elle géométrise ses extérieurs jusqu'à en obtenir des effets abstraits*, avec les chaises longues du Club Méditerranée, (1976), avec les guérets de Lubéron, (1976). Ses portraits, de Cardenas, (1965) à Tomasello, (2010), associent l'environnement du sujet à son oeuvre, Sam Szafran,* (1983), perdu dans un coin de l'image derrière un énorme arbuste, comme dans ses toiles, Hervé Guibert,* (1987), derrière une vitre embuée, Philippe Sollers, (1986), dont la main fait pendant à celle du Baiser de Rodin, Henri Cartier-Bresson* (1992), triplé par le miroir, le papier où il se dessine et l'artiste lui-même, ou (1993) confronté à un Goya. Souvent, elle joue du miroir pour réfléchir son sujet.  Chagall, (1980), souriant comme un ange ou Balthus, (1999)., dans un canapé avec son chat. Toujours en noir et blanc, qu'elle abandonne pour la couleur lorsqu'elle rend compte de la scène, notamment de toutes les pièces du Théâtre du Soleil, d'Ariane Mnouchkine, depuis 1964 et du travail de Robert Wilson à la Comédie française, (2004). Dans le cadre de Visions européennes, (2005), elle est chargée du reportage sur la République tchèque ; elle choisit de la définir au travers de trois générations de femmes, témoins des mutations. En 2010 elle est documentariste de la Sewa Bank, éparnge de efemmes déshéritées d'Ahmedabad, afin de financer des créations d'emplois ; les rouges saturés emportent le regard.

Expositions : 1981, Musée Nicéhore Niepce , Châlon-sur-Saône, (P) ;1985, Centre Pompidou, Paris, (P) ; 1987, Centre culturel Pier Paolo Pasolini, Agrigente ; 2000, Claude Bernard, Paris, (P) ; 2002, Musée de la vie romantique, Paris, (P) ; 2011, Maison européenne de la photographie, Paris, (P).