Fiche de présentation

imprimer la fiche

VARDA, Agnès ( Arlette Varda, dite )

née le 30 mai 1928 à Ixelles,-Bruxelles, Belgique, d'un père grec et d'une mère française ; 1940, fuit l'invasion allemande et se réfugie à Sète ; école du Louvre, Paris ; 1954, réalisatrice de cinéma ; 2010, docteur honoris causa de l'Université de Liège.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Photographe

Présentation : La pomme de terre est son légume fétiche ; elle lui consacre un triptyque de videos, en très gros plan, dans une teinte terreuse, avec les bourgeons qui sortent du tubercule ratatiné, Patatutopia, (2003). Dans un autre registre,, elle explore l'île de Noirmoutier et en tire des photos, des videos, des installations*. Parmi ces dernières, Ping-Pong, (2005), une projection en couleur sur un matelas pneumatique au mur, entouré de deux colonnes de jouets de plages en plastique, entassés. La Cabane aux portraits, (2006), dans une cabane de pêcheur 60 portraits, femmes d'un côté, hommes de l'autre, dans la même prise de vue frontale, prise à la même distance et incrustées dans une autre photo de paysage ; dans le même esprit Ma Cabane des échecs, (2006), dont les parois sont faites de bandes de film tourné à Noirmouter en 1966. Le Passage du Gois, (2006), route d'accès à l'île avec en deçà d'une video de vagues montantes, sa barrière qui s'abaisse tandis que son signal lumineux s'allume. Le Tombeau de Zgougou, (2006), sur un tumulus de sable se projette une video qui partie d'une vue aérienne de l'île, s'approche et découvre le médaillon du chat. Le Triptyque de Noirmoutier, (2005), la mer à gauche, la cuisine avec ses trois mangeurs de pomme de terre et le vaisselier à droite. Les Veuves de Noirmoutier, 2005), avec 14 moniteurs qui font cadre sur une vue de l'océan ; chaque femme, chacune à leur tour, raconte son malheur, illustré d'une photo, d'une maquette de bateau ; et pour terminer, Cinq photographies de veuves, (2005), seules ou en groupe sur la plage de l'océan, autour d'une table-autel ; il y a là comme une actualisation de Théodore Botrel.

Expositions : 2003, Biennale de Venise ; 2005, Martine Aboucaya, Paris, (P) ; 2006, Fondation Cartier, Paris, (P).