Fiche de présentation

imprimer la fiche

SOUVERBIE, Jean

né le 21 mars 1891 à Billancourt, Seine, France ; 1911, académie Julian, quatre ans après qu'il a commencé d'exposer ; 1916, académie Ranson ; enseigne aux Beaux-Arts de Paris ; élu membre de l'Institut ; 1981, meurt le 6 novembre à Paris ; 2006, son atelier est dispersé par Anaf, Lyon.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Peintre

Présentation : Traditionnel sans académisme et précoce, Bouquet de lys dans un vase, (1920), Autoportrait, (1963), ou Tulipes jaunes, (1970). Il tâte du cubisme* synthétique, Nature morte, (1925). Il fait des incursions dans le style de De Brücke*, Nu au singe dans un palmier, (1920). Admirateur de Braque*, il assouplit son cubisme* Portrait, (1925) parfois ornemental, parfois proche du Novecento*, Les Deux amies, (1935). Sa Piéta, (1944), en gris et bleu, toute en élongations, annonce sa sortie de la tradition, confirmée par Composition aux trois nus, (ca. 1944), ce style d'après-guerre, têtes réduites et contours des corps déformés par gonflement, déja apparent dans Leda et le cygne, (1926),  ou dans Le Soir, (1960) aux cuisses énormes à l'avant-plan, Nu à la corbeille de fruits, (s.d.), sculptural,  qui se souvient du Picasso des années 1920.  il décale la couleur en transparences, La Musique, (1928, MPSG). Il peint surtout des nus et des natures mortes auxquels il confère une rigueur classique, Jeunes filles à la fontaine, (1946) ou Vénus pudique, (1962). Il gonfle ses figures, Mère et enfant, (1929) , Femme accoudée à la fontaine, (1970), comme également un expressionnisme* bien tempéré aux contours déchiquetés pour allégorie charnelle, L'Été, (s. d., MBB) ou La France, (1938, MAMVP), 6 x 4,30 m. Il est parfois manièriste se souvenant des nabis, Baigneuses s'éclaboussant, (1978). Sa palette se situe dans les ocres et les gris. A la fin de sa vie, elle prend des couleurs qui, servent d'ombres en contours bordés et les visages, tendent à augmenter de volume, Le Baiser, (1980).

Expositions : 1907, Salon de Versailles ; 1926, gal. Vavin-Raspail, (P).

Lieux publics : 1936, Rotonde du musée des Travaux publics; 1937, La Musique,, grand escalier, théâtre de Chaillot; après 1945, Paquebots de la Compagnie transatlantique.