Fiche de présentation

imprimer la fiche

OLITSKI, Jules

né le 27 mars 1922 à Gomel, Biélorussie ; enfant posthume de Demikowski, Commisaire exécuté ; 1923, sa famille émigre à Jamaïca, New York ; 1926, sa mère épouse Hyman Olitski ; 1939-1942, National Academy of Design, New York ; 1940-1947, Beaux-Arts Institute of Design, New York ; 1942-1945, mobilisé aux armées ; 1949-1950, atelier Zadkine et Académie de la Grande Chaumière*, Paris ; 1955, diplômé en éducation artistique de l'université de New York ; 1956-1963, enseigne à l'université de Long Island ; 1963-1967, au Bennington College, Vermont ; 1965, invente le pistolet à peinture ; 2007, meurt le 4 février.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Peintre

Présentation : À ses débuts, il a 18 ans, et jusqu'en 1947, il est peintre de portraits académiques, encore que l'on sente pointer çà et là la recherche des solutions moins traditionnelles. Les années 1949 et 1950 sont marquées du sceau de Picasso*. En 1952, il entre en non-figuration*, dans l'épaisseur de la matière, avec une forme cellulaire gigantesquement agrandie. Partant du travail commencé par Helen Frankenthaler*, repris par Morris Louis*, lui aussi réagit contre l'expressionnisme abstrait ambiant en pratiquant, depuis 1964, de grandes surfaces complètement colorées, de bord à bord, avec des acryliques répandues par un aérographe, le pistolet à peinture, ou tamponnées à la brosse; il obtient ainsi un effet de nuage de particules colorées qu'il intensifie ou assourdit, selon, Pink Alert, (1966, CORC). Ses nappes acryliques sont souvent asymétriques, marquées de taches d'autre couleur, lorsqu'elles se situent aux franges, on trouve une proximité avec Debré*, Omsk for Tartare Prine, (1971, MAMAC). Quittant cette sobriété, il se fait baroque avec d'immenses pétales de fleurs, violacés, en relief lorsque l'acrylique s'accumule. Et il le fait souvent, obtenant, grâce au noir des creux et au bombage monochrome des pleins, des ombres fantastiques (1988). Puis vient, en 1994, une série Vive la France,, houle de vagues convergentes vers le centre, épaisseur de matière colorée comme les papiers dominotés; il retrouve l'épaisseur de matière de ses débuts. Il est aussi sculpteur, assemblant des tôles au découpage ou au pliage en géométries sui generis qu'il peint, (fin des années 1960). Il s'adonne largement à la gravure dans les années 1970.

Expositions : 1951, Huit, Paris (P) ; 1958, Iolas, Nw York (P) ; 1994, Gérard Piltzer, Paris, (P).

R├ętrospective : 1967, Corcoran, Washington, et San Francisco Museum of Art; 1973, Boston, Buffalo, et Whitney, New York.

Bibliographie(s) : catalogue raisonné de l'oeuvre graphique, 1989.