Fiche de présentation

imprimer la fiche

VAREJAO, Adriana

née en 1964 à Rio de Janeiro, Brésil ; y vit.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Peintre

Présentation : Sur des supports généralement empruntés, carreaux de Delft agrandissement de manuscrit du XVIIIe ou paysage du XIXe, elle suture des photos de morts repris à la peinture, enchâssées dans des dégoulinements d'huile pourpre, boursouflées comme une cicatrice en train de se faire; des moulages de boyaux épars complètent l'aspect de boucherie humaine. Elle peint aussi des vignettes anticléricales et anti-militaristes, évoquant la colonisation abusive, dans un registre d'images d'Épinal, Filho Bastardo, (1992, SMAK). Séjournant chez les Indiens amazoniens Yaamami, elle ramène des souvenirs botaniques, sous forme de grandes planches finement dessinées de plantes isolées, Yakoana, (2003) ou d'oiseaux peints sur carreaux de faïence, Oiseaux d'Amazonie, (2003) ; Le Paysage cannibale, (003), est un bas-relief en grisaille écorché en son centre dans les sutures saignantes duquel on retrouve la forêt tropicale. Tout n'est que trompe l'oeil. Ces azulejos, ce ne sont pas des carreaux mais des peintures sur toile qui côte à côte forment un mur de 48 panneaux, Le Coelacanthe provoque un raz de marée, (2004) craquelé comme le font les chinois dans la technique du céladon. L'univers glacé des saunas, Green sauna, (2003), et son carrelage humide, la transparence de l'eau Swimming Pool, (2005), c'est encore de la peinture. Les pièces à trois dimensions, montrent des ruines, carrelées dont les tranches sont faites de chairs, humaine ou animale, on ne distingue guère, Linda de Rosario ou Linda da Lapa, (2002). Mariage clinique du glacial et du saignant, Céramique blanche en chair vive, (2002, FCAC) ou quand le mur s'entrouvre sur une blessure avec son débordement carné, partiellement recousue . Elle compose une Mêlée de guerriers, (2005) , avec son primate dans la jungle, photographie numérisée.

Expositions : 1987, Salon d'Arts plastiques, Rio ; 1988, Cohn, Rio, (P) ; 1989, Stedelijk Museum, Amsterdam, (G) ; 1992, Barbara Farber, Amsterdam, (P) ;1996, Ghislaine Hussenot, Paris, (G), et, 1997 (P) ; 2005, Fondation Cartier, Paris, (P).

Citation(s) : On a dit :-Terre cuite, oui, mais chair vive. (Philippe Sollers).