Fiche de présentation

imprimer la fiche

VAN VELDE, Bram

né le 19 octobre 1895 à Zoeerwoude près de Leyde, Pays-Bas ; frère de Geer Van Velde*; 1907, peintre en bâtiment et décoration, commence la peinture d'art ; 1915, copie les maîtres anciens au Mauritshuis de La Haye ; 1922, son employeur, Edouard Kramers, lui alloue, jusqu'en 1930, une petite rente ; part pour Worpswede*, village d'expressionnistes*, près de Brême ; 1924, arrive à Paris où le rejoint, en 1925, son frère Geer Van Velde*; 1926, rencontre Sophie-Caroline Klokker, peintre allemand ; 1928, l'épouse; 1930, séjours dans le Midi, en Corse et aux Baléares dont il est rapatrié à cause de la guerre civile ; 1936, mort de sa femme et rencontre de Marthe Arnaud-Kuntz, amie de Beckett et ancienne missionnaire en Zambie ; 1940, dans la détresse, fait appel à Beckett ; 1941-1945, cesse de peindre par manque de moyens matériels ; 1949, rencontre de Jacques Putman, Bruxellois de 23 ans, qui deviendra, à compter de 1954, son mécène en même temps que Michel Guy, futur ministre français de la culture ; 1952-1953, arrête de peindre après l'échec d'une exposition chez Maeght ; 1973, grand prix national des arts et des lettres ; 1974, s'établit à Grimaud, Var ; 1981, y meurt le 28 décembre.
signature : initiales juxtaposées, inversées, croisées, ou nom en toutes lettres avec ou sans prénom.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Peintre

Présentation : En 1923, l'expressionnisme* est déjà là dans la sauvagerie primitiviste de Autoportrait, (1922), comme dans une figuration dramatique en drapé, à la Munch*, Le Semeur, (1923, SMA) ; le plan file à partir de personnages en buste, à l'avant, vers les lointains. Il est fauve*, Nu jaune, (1923, MAHG) et s'apparente, dans l'Autoportrait, (1924), à Rik Wouters*. De 1929 à 1938, il va progressivement abstraire des paysages dans un encadrement de fenêtre comme ceux de Matisse*, découvert en1924 ; de la figuration franche, Nature morte aux pastèques, (1930, SMA), jusqu'à l'abstraction*, Fenêtre Montrouge, (1938, MNAM), il acquiert son alphabet ave ses initiales, VN, marquant en quelque sorte son style d'une forme autobiographique, Composition abstraite, (ca.1932, MAMStE). Il découvre l'art africain, Sans titre, (1937, MNAM),  toile sombre d'un postcubisme* profond comme un crépuscule sur un village de forêt équatoriale, hanté de masques. En 1939, il est non-figuratif* et sa syntaxe est acquise, le rond ocellé, l'oeil, la feuille, la main, schématiquement évoqués, bien à plat, juxtaposés san perspective, bornés de cernes de couleur révélant les formes triangulaires, et celles qui se cambrent dans un entrelacs de sinuosités ; l'huile est sans épaisseur, la plupart du temps remplacée par la gouache, Sans titre, (1939, SS). Dès lors, il renouvelle ou répète le même discours, Sans titre, (1947, MNAM) ou Sans titre, (1948), de couleurs affirmées, évoquant parfois la toupie pour l'aigu, la mandoline pour la courbe, Sans titre, (1956, MAMStE); la verticalité des formes, la bavure du pinceau, cette technique du repentir exhibé, la souplesse des méandres sur des formes en pilons, une stabilité plus grande, Sans titre, (1958, Mus. d'Art et d'Histoire), confirme son appartenance à l'expressionnisme abstrait*. Le traces des punaises qui ont fixé le papier à gouache sont visibles. Chaque oeuvre est faite en deux étapes et provient en quelque sorte de la superposition de deux tableaux dont les formes coïncident et dont les teintes sont mêlées, les jaunes, rouges, bleus, primitifs ayant bu les gris ou les bistres ultérieurs. Vers le début des années 60, il vient enfin d'être reconnu par le public. Il continue son dépouillement dans la fidélité à son style, les V s'isolent, Sans titre, (1965, MNAM). Depuis 1977 il n'use plus que des noirs, rouges et mauves. Tout est dit. Il a produit environ 800 oeuvres.

Expositions : 1927, Brême et Berlin ; Salon des Artistes indépendants, Paris ; 1933, Salon Cornelis Van der Sluys, La Haye ; 1946, Galerie Mai, Paris, (P) ; 1948, Kootz, New York (P).

Rétrospective : 1958, Kunsthalle, Berne ; 1959, Stedelijk Museum, Amsterdam ; 1964, San Francisco Museum of Art; Colorado Springs Fine Arts Ce1989, Musée national d'art moderne, Paris ; 1971, 1996, Musée Rath, Genève; Kunsthalle, Bâle ; Stedelijk Van Abbe Museum, Eindhoven ; 1973, Fondation Maeght, Saint-Paul-de-Vence ; 1974, Kunstmuseum, Winterthur ; 1978, Museum, Dordrecht .

Musées : Musée d'Art et d'Histoire, Genève, dix oeuvres représentatives de toutes ses périodes.

Citation(s) : Il a dit :
- Quand je revois une toile récente, la souffrance que j'y trouve, c'est à peine supportable.
On a dit :
- Le meilleur moyen de savoir ce qu'on veutdire, c'est de dire la même chose tous les jours, avec patience, et de se familiariser ainsi avec la formule employée dans tous ses sables mouvants.  (Samuel Beckett).