Fiche de présentation

imprimer la fiche

TOOROP, Charley ( Annie Caroline Pontifex, dite )

née le 24 mars 1881 à Katwijk-aan-Zee, Pays-Bas, de Jan Toorop, peintre ; 1908, abandonne des études musicales ; 1912, s'établit à Bergen, commence à peindre et donne naissance à un fils Edgar Fernhout* ; 1917, s'installe à Amsterdam et se consacre exclusivement à la peinture ;1919-1921, 1929-1931, séjourne à Paris ; 1941, interdite d'exposer par les Allemands ; 1946, 1947, attaques cérébrales; 1955, meurt à Bergen-op-Zoom.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Peintre

Présentation : Luministe* avec Enfant en chemise de nuit, (1914) ou Phare dans la nuit, (1916, KMO). A compter de 1928, elle bifurque. Avant tout portraitiste - de 1914 à 1955, elle réalise dix-sept autoportraits - son style se partage entre l'expressionnisme*, jusqu'à la fin des années 20, et le réalisme magique de la Nouvelle objectivité* à compter de 1928. Les scènes de sa première période sont naturalistes, même si facture et éclairage dramatisent la peine les hommes, Musiciens et paysans qui dansent, (1927, KMO), étrangement éclairés par les reflets de la lumière artificielle. Viennent les portraits. Son propre visage, celui de ses enfants, celui de ses amis sont habités par une sorte de terreur dont ses yeux à elle, exorbités, témoignent. Elle regarde sa toile, elle regarde le miroir, elle regarde, de ses sclérotiques hypertrophiées, avec une angoisse inquisitoriale, le spectateur, elle regarde qui se sent agressé. A-t-elle peur de mal peindre ou peur du jugement porté ? Autoportrait à la palette, (1932-1933, HGM), Les Trois Générations (1941-1950, BvB). Des Paysans, aussi, (1930), des groupes allant  jusqu'à seize, Repas des amis, (1932, BvV), qui qu'ils soient ils ont la même rudesse sculpturale ou angoissée. Les couleurs mêlées confèrent à son oeuvre une apparence coagulée, Clown dans les ruines de Rotterdam, (1940, KMO). Elle reprend un genre traditionnel de la peinture hollandaise, le portrait de groupe, Le Repas des amis, (1932-1933, BvB), Portrait de H.P. Bremmer et sa femme avec des artistes contemporains (1936-1938, KMO). Les objets aussi renvoient une lumière crue, incongrue, Nature morte avec crâne de cheval, (1929, KMO) et Nature morte avec pain, corde et bouteille, (1935, KMO) ou Tête de Méduse, (1935, HGM) ou Bidon d'huile et vieilles lampes, (1952, Vabbe) font descendre l'angoisse à celle émise par De Chirico*. A douze ans de distance, elle peint en prise serrée, de bord à bord de la toile Pommier, (193 7) et Pommier en fleurs, (1945, musée d'Utrecht). Le Jardin sous la neige, (1947) ou le Christ, (1952, KMO), signent le déclin et l'abandon du style qui la distingue.

Expositions : 1909, Cercle St Lucas, Amsterdam, (G) ; 1917, Gerbrands, Utrecht, (P) ; 1921, La Licorne, Paris, (P) ;  1933, Palais des Beaux-arts, Bruxelles, (G) ; 1938, Biennale de Venise ; 1952, Hammer, New York, (P) ; 1958, Musée national d'art moderne, Paris ; 2010, Musée d'art moderne de la ville, Paris, (P).

R├ętrospective : 1927, Stedelijk Museum,Amsterdam ; 1951GemeenteMuseum, La Haye, Stedelijk Museum, Amsterdam et Van Abbemuseum, Eindhoven.