Fiche de présentation

imprimer la fiche

TASLITZKY, Boris

né le 30 novembre 1911 à Paris, France; Beaux-arts de Paris ; 1935, adhère au parti communiste; étudie la tapisserie avec Lurçat*; 1940, fait prisonnier par les allemands, s'évade et adhère à la Résistance ; 1941-1945, déporté en France puis à Buchenwald;  y réalise clandestinement 111 dessins qui lui serviront d'esquisses ; se consacre à la peinture; 1951, la police décroche une de ses toiles du salon d'Automne, "pour atteinte au sentiment national"; 1971-1983, enseigne aux Arts décoratifs de Paris ; 2005, meurt le 9 décembre à Paris ; inhumé au cimetière du Montparnasse.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Peintre

Présentation : Réaliste, dans la lignée de l'art mis à la portée du peuple; un réaliste socialiste* à la française, dont le talent apparaît surtout dans les dessins engagés, comme les huiles. Ses titres en disent long, Scène de grève chez Renault contre le traité de Munich, (1939, MBB), de couleurs pastel, à la lumière imperceptiblement géométrisée, aux figures héroïsisées, Police chargeant les travailleurs de Renault, (1949) ou Riposte, Port-de-Bouc, (1949), avec les CRS lâchant des chiens sur des grévistes. Ses petits formats sont conçus comme des fresques à récits multiples, Les Grèves de juin, (1936), Le Télégramme, (1936), nature morte, dénonçant l'assassinat de Lorca, Algérie, (1952), ou La Mère, hommage à Lipchitz,(1938), conçu comme une peinture de sculpture sur fond uni. Au retour des camps de concentration, il met sur toile les dessins rapportés, Le Petit camp, (1945); ce sont des traits expressifs qui griffent le papier et qui délimitent les figures sans les ombrer.

Expositions : 1946, Art et Résistance, musée d'art moderne, Paris, (G); 1997, Années 30, musée d'Art moderne de la ville, Paris (G)

R├ętrospective : 2001, Siège du parti communiste, Paris.

Citation(s) : On a dit : -Il travaillait à une de ces toiles d'un atroce réalisme où il essayait sans doute d'exorciser les images qui le hantaien. Mais la réalité du camp qui avait produit ces images était trop proche, trop incroyable aussi, brutalement dépourvue d'une tradition référentielle de mythes ou d'allégories historiques qui en auraient facilité la représentation. De surcroît, la couleur et la palette de Boris en était excessivement riche - ne sied pas à la reproduction de cette réalité. (Jorge Semprun).