Fiche de présentation

imprimer la fiche

SEREBRIAKOVA, Zinaïda

née en 1884 à Neskoutchnoïvé, Karkhov, Koursk, Russie, fille de Evgéni Laneray, sculpteur; nièce d'Alexandre Benois*; 1901-1902, études chez Répine*; 1903-1905, chez Osip Braz*; 1905-1906, à l'académie de la Grande Chaumière*; 1907, naissance d'Alexandre Serebriakoff*; 1916, élue à l'Académie des beaux-arts de Russie; 1924, s'établit à Paris; 1928 1932, voyage au Maroc ; 1947, naturalisée française; 1967, meurt le 19 septembre à Paris; est enterrée au cimetière russe de Sainte-Geneviève des Bois.



Type(s) : Artiste

Technique(s) : Peintre

Présentation : Portraitiste essentiellement, elle capte la vérité des attitudes sans s'embarrasser du décor mondain usuel à l'époque, Autoportrait, (1909, GTM), proche du Novecento*. Elle rend le velouté des nus dans la même simplicité de l'environnement. Orientaliste, elle présente ses nus de jeunes-filles sur fond neutre et de manière inachevée, en faisant abstraction de l'encombrement du genre; elle met en valeur ses sujets par une ligne courbe qui rôde autour de la facture matisssienne*, L'Orientale assise, (1928) ou Jeune orientale debout, (1928). elle s'intéresse au monde du ballet (1920-1924). Elle pérennise au pastel des Marocains vêtus traditionnellement, faisant oeuvre d'ethnologue (1928-1932), mais aussi d'artiste au sens plein, Jeune orientale debout, (1928), pastel pour un torse nu. Son Nu allongé, (1930) réunit la force de la tradition et la liberté du moderne, comme Katia, (1934). Ses paysages ont le délié du symbolisme débarrassé de ses fioritures. Elle est aussi l'auteur de natures mortes, Artichauts, (1932). Portraitiste du Ministre Kapouistine, ((1937), dans sa réalité sans complaisance.

Orientaliste,

Expositions : 1928, Bernheim-Jeune, Paris (P); 1999, Petit Palais, Paris (G).