Fiche de présentation

imprimer la fiche

PAPART, Max

né le 19 décembre 1911 à Marseille, Bouches-du-Rhône, France ; 1928, Beaux-Arts de Marseille ; 1930, commence à peindre ; 1936, s'installe à Paris ; 1940, revient à Marseill e; 1965-1973, enseigne la gravure à Paris ; 1981, s'installe à La Nouvelle-Orléans ; 1994, meurt le 19 août à Paris.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Peintre

Présentation : Dans la multiplicité des styles pratiquée, depuis qu'en 1941 il quitte le post-impressionnisme*, la prégnance du cubisme*, de la couleur et des grands maîtres est récurrente, presque constante, Paysage à Urbino,(1957), avec aussi des réminiscences de l'Esprit nouveau*.Le Chemin rose, (1949),, . Il touche à l'art élégamment figuratif en 1958 et 1959, s'inspire de Matisse* pour le trait et la couleur, tente l'art brut en 1961, Le Petit chien, (1963), et vire vers la géométrisation, toute en raideur, Les Jonleurs, (1966). De 1969 à 1985, il crée ses constructions non-figuratives* présentées en bandes hétérogènes tout en hauteur, dans lesquelles s'inscrivent des rubans horizontaux, des caractères d'imprimeries tronqués, des lettres au pochoir. Sans qu'il y ait d'exclusive chromatique, ce sont les primaires qui dominent et donnent leur marque à ces abstractions géométriques adoucies par des rotondités. Au début des années 90, les à-plats éclatants dominent les rouges et les jaunes. Dès 1950, et jusqu'en 1992, il se confronte aux grands maîtres, Ingres, Holbein ou della Francesca, mais aussi Delacroix et Courbet, soit qu'il y renvoie par sa composition, soit qu'il s'en inspire dans sa manière, soit qu'il en insère une " copie " dans sa toile, soit encore qu'il les interprète à la manière pop*. Une vie serpentine, Paysage à Urbino, (1957)De 1970 à 1992, il réalise des collages figuratifs et ironiques à la Kitaj*, dans lesquels les corps et les visages géométriques sont dotés de capsules ou de boutons oculaires. Le graveur use, à compter de 1960, du carborundum, procédé mis au point par Goetz*.

Expositions : 1936, Salon des Indépendants, Paris ; 1946, Sébie, Paris, (P) ; 1993, Élysée-Matignon, Paris, (P).

R├ętrospective : 1971, 1982, Musée de Saint-Ouen; 1991, Hanin-Nocera, Paris.