Fiche de présentation

imprimer la fiche

DEWASNE, Jean

né le 21 mai 1921 à Hellemmes-lès-Lille, Nord, France ; 1933, commence à dessiner et à peindre en écoutant de la musique ; pendant cinq ans, architecture aux Beaux-Arts de Paris et travail d'après plâtres et nus ; 1946-1948, participe au comité des Réalités Nouvelles*; 1950, fonde l'académie d'art abstrait avec Edgard Pillet*; 1991, élu membre de l'Académie des Beaux-arts ; atteint de saturnisme ; 1999, meurt le 23 juillet à Paris.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Peintre

Présentation : De 1943 à 1947, il manie l'abstraction* expressionniste ; un entrelacs marron de bandes courbées, sans solution de continuité, superposées, laisse, en perspective, un jour de lumière chaude : La nuit obscure en somme, Peinture n° 1, (1946) et Sans titre, (1947, MNAM) ou Fini de rire, (B-A de Tourcoing). Il est proche du Soulages* de 1947.
Ce bref essai pour créer une troisième dimension est vite abandonné, quand, en 1948, il devient peintre mural. Depuis lors, il ressortit à l'abstraction géométrique, il met sa peinture à plat, s'inspirant des formes industrielles de la voiture, les articulant l'une à l'autre en les inversant, de manière non-figurative*, et en n'usant plus que de quelques couleurs vives, rouge, bleu, vert, noir, jamais nuancées, dans la brillance émaillée et gorgées de plomb des carrosseries neuves ; les contours sont rigoureux, les méandres monumentaux se déroulent sur eux-mêmes, Projet pour l'apothéose de Marat, (1951, MNAM), Prométhée, (1952-1965, MRBABx), Projet de décoration du stade de Grenoble, (10 panneaux) (1967-1968, MNAM). Ses ensembles muraux deviennent de plus en plus grands.L'interminable fresque de la Salle des ordinateur chez Renault, (1974) ; et  à sa mort, il laisse en projet quatre tableaux de 100 m de haut pour la Grande Arche de la Défense. 
À compter de 1951, il est " sculpteur ", découpant des capots de voiture et les peignant recto verso, Cerveaux-Mâles, (1971).  Avant la lettre, il est proche du hard edge* américain. En Belgique, Delahaut* a travaille dans un style proche, presque simultanément.

Expositions : 1941, Jacquet, Paris, (P)  ; 2001, 2007, Lahumière, Paris, (P)  ; 2013 Obaddia, Parris, (P) .; 2014, Musée Matisse, Cateau-Cambrésis ; .2014, Lahumière, Paris, (P).

Rétrospective : 1966, Kunsthalle, Berne.

Musées : Musée de Peinture et de sculpture de Grenoble, ancienne bibliothèque, fresque circulaire de 1 200 m2, la plus grande au monde de style abstrait, (1970).