Fiche de présentation

imprimer la fiche

CHRISTOFOROU, John

né le 10 mars 1921 à Londres, Angleterre, Royaume-Uni de parents grecs originaires de Smyrne; grand-père sculpteur; 1930, gagne Athènes; 1935, Beaux-Arts d'Athènes; 1938, revient en Angleterre; 1941-1946, pilote dans la RAF, est témoin de scènes d'horreur; 196, se consacre à la peinture; 1951, détruit la plupart de ses oeuvres antérieures; 1957, s'installe à Paris; 1990, acquiert la nationalité française; vit au Kremlin-Bicêtre, Val-de-Marne.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Peintre

Présentation : Ce Grec n'est pas un méditerranéen mais un expressionniste. Encore que ce qui reste de ses premières années, comme Femme en noir, (1949-1952), montre une discrétion rêveuse avec des réminiscences de la période bleue de Picasso*. De 1954 à 1958, sa composition se morcelle comme un vitrail, rouge et noir, Standing Figure, (1954). Le thème christique développe la brutalité imposée à l'homme. À compter de 1962, il peint en gros plans des corps ou des visages désarticulés; ses machines sont anthropomorphes, ses figures sont machinisées. La violence et partout : casques, canons de fusils, mains coupées, dentures éclatées, filets de sang, visages martyrisés, le haut de la figure bandé de stries aveuglantes, Femme, (1970, KSil), L'Accouchement, (1971, FNAC). Le trait est ample, large, épis, sauvagement brossé au mépris de tout détail qui viendrait rompre la monumentalité. Lorsqu'il quitte le portrait singulier, il regroupe les sujets en trophées. La palette n'use que du rouge, du violet, du noir et du blanc, de couleur métallique, Les Abîmes, (1979, MAMD); parfois le jaune, le vert et l'orange sont appelés à la rescousse comme une diversion au funèbre sanglant. Nulle lumière, seulement le cri des couleurs agressives qui se rencontrent comme les eaux d'un fleuve à leur partage tumltueux. À la moitié des années 80, la largeur du trait est encore plus ample, ce sont des têtes énormes, Homme vert au casque, (1986), Personnage en délire, (1989), ou un torse démesuré que quelques coups de brosse très large suffisent à planter, Crucifixion, (1989). Il renoue avec le thème christique des années 50 et jusqu'en 1999. Il est proche de Lindstrom*, proche de l'esthétique de Cobra*, s'en distinguant par l'épaisseur et l'importance de ses noirs. Ses sérigraphies, notamment en 1985, sont d'un trait plus mince, accompagnées d'éclaboussures.

Expositions : 1949, Twenty Brook Gal., Londres, (P) ; 1960, Rive gauche, Paris, (G) ; 1962, Martha Fels, Paris ,(G); 1989, Michèle Sadoun, Paris ; 2000, musée des Beaux-Arts, Reims (P).

R├ętrospective : 1974, Randers Knstmuseum, Danemark; 1979, Maison de la culture, Saint-Étienne; 1986, Centre d'art contemporain, Montbéliard; musée d'Art moderne, Dunkerque; musée Antoine-Lécuyer, Saint-Quentin; musée des Beaux-Arts, Angers; 1988, Fondation d'art moderne, Amiens; 1994, Couvent des Cordeliers, Paris.