Fiche de présentation

imprimer la fiche

AGUAYO, Fermin

né le 14 août 1926 à Sotillo de la Ribera, Espagne; 1939, installé à Saragosse; 1952, s'établit à Paris; 1977, meurt le 23 novembre à Paris.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Peintre

Présentation : Figuratif, en 1945, il connaît pendant quinze ans une période abstraite*, avant de revenir à la figuration. Durant cette période, il construit son tableau en toile d'araignée ou en moucharabieh, en épaisseurs. De la profondeur, (1951), qui ouvrent sur une pénombre olivâtre; qui ouvrent sur une pénombre olivâtre; progressivement le gtillage va s'élargissant. En 1954, c'est l'année des corridas; un buisson de traits crispe des plages violet et or, les couleurs de l'habit de lumière. La seconde moitié des années 1950 est une transposition non-figurative* d'impressions de lumières, Terre rose, (1955), fait paerie des semis de petites touches centrifuges, menues, réfgulières, choisies dans des tonnalités pâles, ocrées, sablées, roses, beiges, terres de Sienne, groupées comme l font des peintres français de l'abstraction* impressionniste depuis 1945. Les petits pavés vont s'élargir pour atteindre les touches de Nicolas de Staël* de 1951, Plage, (1957-1958). Puis, c'est l'informalité, éclairée, de touches vibratiles et lumineuses se tamponnant pour le seul plaisir de la peinture. Dans sa seconde période de figuration, inaugurée avec Autoportrait, (1960) , on perçoit comment il y est revenu, comment les choses se sont reformées, resserrées et reformulées, commentil a réintégré la figure humaine à l'univers abstrait. Sa peinture est monumentale, plus grande que nature, qu'il s'agisse de personnages en pied ou de détails, tels les bras du liseur ou du chef d'orchestre; le corps n'est que prétexte à silhouettes et à volumes, gris, beiges, d'où se dégage une singulière puissance expressionniste*; de ces masses statiques émane, grâce à quelques coups de brosse, plus de tristesse résignée que de tragédie. Par virtuosité, il a refait, dans sa palette et son style, quelques célèbres autoportraits : Velásquez, Titien, Tintoret, Rembrandt, Van Gogh. L'effet est saisissant : ni copie ni pastiche, mais de grandes signatures revues par le talent.

Expositions : 1947, Casino Mercantil, Saragosse; 1958, 2004, Jeanne Bucher, Paris, (P).