Fiche de présentation

imprimer la fiche

WEISS, Hugh

né en 1925 à Philadelphe, Pennsylvanie, États-Unis d'Amérique ; Philosophie et Beaux-arts de l'université de Philadelphie ; 1943, étudie à la fondation Barnes*; 1944-1948, sert dans ma marine du Pacifique ; 1948, s'installe à Paris ; 1951, épouse Sabine Weber, devenue Weiss*; 1995, naturalisé français ; 2007, meurt le 1er octobre à Paris.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Peintre

Présentation : L' Autoportrait, (1940), en contre plongée, le situe dans la ligne de la tradition askhenaze de l'école de Paris*, couleurs altérées et angoisse latente.comme Le Bar à Philadelhie, (1947). La palette s'éclaircit et se raidit, Gare St Lazare, (1950). L'année suivante, il entre en fantaisie, Autoportrait avec bateau, (1951), démultipliant les sujets, rôdant autour de la mouvance Cobra*, Adam et Eve, (1963). Les couleurs sont dominées par le jaune et le rouge légèrement altérés, Amoureux dans un biplan, (1964) et gagnent même l'acidité de la palette d'Ensor*, Autoportrait, (1965), ainsi que l'étrange, rôdant autour du surréalisme*, Autoportrait à gouttes, (1965-1967), le visage envahi de larmes et de flèches. Dès lors son baroque est fantastique au dessin tourmenté, bouclé, comme celui de Kokoschka*. Ses architectures gothique ou renaissante, classique ou baroque sont envahies par ses fantasmes, dans l'espace même du lieu ou dans tel détail : voitures et aéroplanes, jambes d'Icare, oeil au bout des doigts. La vie se trouve en désaccord avec les lieux et de cette distorsion naît l'étrange, Apparition, (1972). L'éléphant, 'autoportrait désarticulé, le gâteau d'aniversaire, la barque, font partie de ses sujets récurrents. Des toiles deviennent colorées en grisaille, Ganesha à Amiens, (1980) ou Carrousel cataclysme, (1986). Ensuite l'acidité réapparaît, puis la pâleur des tons ménageant la solution de continuité de blancs. Sous l'effet d'un tremblement de terre, les personnages grotesques, agglutinés dans la barque de Dieu sait quel voyage, Charon me tend la main, (2007), sont agités d'un mouvement centripète, L'Été et l'automne de Pavie, (1987), équilibre de l'instant dans un statique provisoire cocasse. Le cataclysme dans lequel l'autoportrait trouve sa place semble en contradiction avec la jubilation des couleurs dont le noir est quasimentabsent.

Expositions : 1947, Pennsylvania Academy of Arts, (G) ; 1948, Salon des Moins de Trente Ans, Paris ; 1950, gal. Huit, Paris, (P) ; 1951, 1963, Hacker, New York, (P) ; 1964, 1991, Delta Rotterdam, (P) ; 1994, 2003, Lefor Openo, Paris, (P).

R├ętrospective : 1973, Galerie municipale, Yvry-sur-Seine ; 2000, Musée de Mons ; 2007, Villa Tamaris, La Seyne-sur-Mer.