Fiche de présentation

imprimer la fiche

OEHLEN, Albert

né en 1954 à Krefeld, Allemagne ; frère de Markus Oehlen*; 1970-1973, apprenti libraire ; 1977, Arts plastiques de Hambourg, chez Polke*; 1978, peint avec Büttner*; vit à Vienne.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Peintre

Présentation : Solidement charpenté, ce néo-expressionniste* propose dans ses Nénuphars, (1982, LMK) un diptyque de barrières à gauche, d'informalité aqueuse à droite. Il évolue vers un style relâché, à intention suggestive, Fn 4, (1990), ou sans volonté figurative Sans titre, (1991). À cette confusion s'opposent, de 1989 à 1992, des sérigraphies de très grands formats, pas plus figuratives, mais dont la simplicité relative des motifs, jointe à la limitation duelle des couleurs et à l'adjonction de textes, une simplicité d'affiches. Puis, en 1993, des "plans de villes" aux pixels, noir et blanc, à l'huile. Au début des années 1990, le lyrisme coloré n'a plus ce dépouillement : en taches biomorphes, en rubans en lattes, dans lequel le jaune citron et le rouge fraise sont chargés d'éclairer la pénombre des confins, il crypte des sièges comme si la devise de l'artiste était "le refus de s'asseoir". Il met seize ans - 1982-1998 - à détruire ce qu'il a autrefois bâti, bafouant cette figuration venue de la publicité  à coups de graffitis*, de coulures, de bombages, et de surpeints informels, travaillés à l'ordinateur, transposés sur toile et rehaussés, It's Alright, (1982) ou Etre-Machine, (1996). Le balayage de couleurs sombres est frappé d'une grecque, Sans titre, (1989, MAMVP), ou d'autres géométries, Sans titre, (1993). Infographe*, Conduction, (2009), noir et blanc, s'inspire des traductions graphiques de phénomènes scientifiques. La nébulosité peu lisible est consacrée à la grisaille, Mère, grand'mère, bisaïeule, (2004) tandis qu'il peint sur de très grands formats l'agrandissement plaisant des cartes-postales pour touristes ; un premier plan sur l'infini, Palmes, (2004) ou avec collage de figure infographiée*, Sans titre, (2004). Le balayage lyrique s'éclaircit , laisse sa place au blanc, en adoptant comme "préparation" de la toile, des collages de papiers clairs et une affiche publicitaire, Ciel de nuit, (2006) ou FM 24, (2008),  affiche basculée,  couleurs allemandes en base et l'éclatement de tache. En noir et blanc, de graphismes plus resserrés, laissant soupçonner leur troisième dimension, Ol' Man Drive, (2009), Il marie la carpe et le lapin.

Expositions : 1981, 1988, Max Hetzle, Stuttgart, (P) ; 1982, Musée Boymans-Van Beuningen, Rotterdam, (G) ; 1984, Paul Andriesse, Amsterdam, (P) ; 1987, 1994, Villa Arson, Nice, (G) ; 1993, 1995, Sama Saouma, Paris, (P) ; 1998, 2011 , Nathalie Obadia, Paris, (P) ; 2009, Musée d'art moderne de la ville, Paris, (P) ; 2011, Carré d'Art, Nîmes, (P).