Fiche de présentation

imprimer la fiche

KLIMT, Gustav

né le 14 juillet 1862 à Vienne, Autriche ; 1876-1883, Arts appliqués de Vienne ; 1883-1892, décorateur de théâtre et auteur de murals*; 1895, recommence à peindre; 1897, cofondateur de la Sécession*; 1918, meurt le 6 février à Vienne d'une pneumonie.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Peintre

Présentation : Il est le pont entre symbolisme et modernité, tout au moins celle du Jugendstil*. C'est au tournant du siècle qu'il mute et devient le peintre et le fresquiste, créateur d'un art décoratif typiquement viennois dont l'épigone le plus récent serait Hundertwasser* : il suffit de comparer les fresques allégoriques du Burgtheater de Vienne (1886-1888) - celles de l'Université commencées en 1894 ne sont achevées qu'en 1907 et détruites lors de la dernière guerre - et la fresque de 34 m de long, en partie vide, blanche, survolée par des anges tout en longueur, dédiée à Beethoven, (1902), au Pavillon de la Sécession à Vienne.
Et de constater que Le Grand peuplier, (1900), porte en germe un style neuf. Les peintures célèbres sont postérieures. Forêt de Buchenwald, (1905, Alb), avec ses bouleaux tachetés et serrés, ses feuilles mortes qui lui fournissent déjà le scintillement décoratif. Puis huit toiles carrées représentant des Jardin au soleil, (1906, OG), avec la végétation piquée de fleurs, de fruits, de graminées dans l'application de touches divisées mais serrées, élargies cependant dans Jardins et sommets de montagne, (1916, Kunsthaus, Zoug), comme elles le sont dans Portrait de Joanna Staub, (cfr.infra). Il donne un paysage géométrisé, dont la construction doit à celles de 1911, de Schiele*, sans la tragédie sous-jacente, L'Eglise d'Unterach, (1916).
A compter de 1902, avec le Portrait d'Emilie Fleg, ce sont les grands tableaux qui célèbrent le culte de la femme, Portrait de Fritza Riedler, (1906, OG), avec le fauteuil aplati comme une estampe japonaise et fait de motifs décoratifs, comme le demi-cercle derrière les cheveux qui transforme le sujet en ménine;  Adèle Bloch-Bauer, (1907 et 1912), Le Baiser, (1907, OG), visage idéalisé mais réaliste*, fondu dans des vêtements et des décors ondulants sur un même plan, empli de micro-géométries apparentées aux mosaïques, appliquées sur des feuilles d'or, avec sa réplique sur fond plus simplifié de simples volutes, L'Accomplissement, (1909, MAMS). Le Portrait de Joanna Staube, (1912, OG), supprime les décors extérieurs pour insister sur ceux du manteau de facture plus larges.
Il atteint le record mondial de prix avec le Portait d'Adèle Bloch-Bauer, (cfr supra), adjugé à 135 ,000,000 $, en 2006 à New York.

Expositions : 2012, Belvédère et Albertina, Vienne, (P).

Musées : Belvédère, ou OG, Vienne, la plus grande collection de l'artiste. Kunsthistorisches Museum, Vienne. Albertina, Vienne.

Lieux publics : 1910, Fresques en mosaïque du palais Stoclet, Bruxelles. Fresques dans le hal d'entrée du Kunsthistoriches Museum, Vienne,   à 12 m.de haut , peint avec son frère Ernst et Gustave Matsch.

Citation(s) : On a dit :
- Les pollens d'or des tableaux de Klimt. (Jean Clair).