Fiche de présentation

imprimer la fiche

GRANELL, Eugenio

né le 28 novembre 1912 à La Corogne, Galice, Espagne ; études musicales ; 1939 s'exile en tant que républicain ; 190-1957, vit en France, République dominicaine, Guatemala, à Porto-Rico, Los Angeles ; 1957-1985, à New York, sociologie et anthropologie à la New School for Social Research ; 1985, rentre à Madrid ; 2001, meurt le 25 octobre à Madrid.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Peintre

Présentation : Surréaliste, Blason magique, (1947), doit quelque chose à Masson*, comme Le Vol nocturne de l'oiseau Pi, (1952), déployant la forme sur un seul plan, mais aussi à Picasso*, et Ave Crepuscule, (1954) à Lam*. Paysages magiques, (de 1957 à 194), comme suite à des contacts avec les indiens, il adopte une tendance abstraite*, couvrant ses toiles d'un réseau qui peut être fluvial, chevelu ou veineux-artériel, directement inspiré des plumes de parures, Le Volcan d'eau, (1964) ou Les Tables du roi Salomon,(1972). Il revient à un surréalisme figuratif en dressant le plus souvent trois anthropomorphes, frontales, faites d'articulations de motifs non-figuratifs, sur un fond nu, Cérémonie de la Lampara Tribal, (1966). Ce sont des pièces d'échec, surchargées de couleurs limitées, Le Roi Salomon, (1972) ou Le Balcon des filles du soleil, (1978) ; ces mêmes pièces se dépouillent et leur bordure se force, Visite inespérée, (1988). Parfois un paysage set d'arrière-plan, Le Philosophe autodidacte, (1983) ou Arnoldo de Villanova, (1984). Il est aussi sculpteur, soit de ready-made*, Madame Récamier, (1985), un embauchoir, ou par assemblage de pièces, à la Picasso, Cheval de l'âge de fer, (1990), un marteau retourné soutenu par deux pinces.

Expositions : 1947, Internationale du Surréalisme, Paris.

Musées : Fondation Eugenio Granell, Saint-Jacques-de-Compostelle.