Fiche de présentation

imprimer la fiche

CORTOT, Jean

né le 1er février 1925 à Alexandrie, Égypte, fils du pianiste Alfred Cortot ; 1942, académie de la Grande Chaumière*, chez Othon Friesz*; 2001, élu membre de l'Académie des Beaux-arts.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Peintre

Présentation : Lettriste*? Sans doute dans ces aquarelles qui disposent des jetés de lettres, parfois articulées en mots, de couleurs vives, dont le noir est exclu et qui grouillent comme gentils têtards au fond d'un bocal. Lettriste mixte, doit-on dire devant ses Tableau dédié, vastes compositions au format identique, à la disposition systématiquement horizontale des rectangles-cartouches dans lesquels sont écrits, dans une graphie d'époque, des textes de Mallarmé ou de Baudelaire, de Butor ou de Char, tandis que d'autres compartiments montrent des peintures, des collages parfois qui évoquent le dédicataire.
Effet mural où l'oeil ne cesse de se promener, cherchant à épuiser ce message esthétique et didactique à la fois. Cela date des années 1980 et 90. Puis, au milieu des années 1990, usant des écritures en famille et en corps différents, il devient baroque, fond les plages entre elles et laisse des zones blanches qui traversent les plages de textes comme des envols d'oiseaux.Il insère un tableau dans le tableau, sous omre de médaille, Avec une flûte au balcon,des montagnes, (2001).  À la fin de la même décennie, il entasse des fragments de frises aux inscriptions en caractères grecs ou romains, et ces amas lézardés sont ré-appareillés par un enduit grisé : ruine des ruines que l'on entend sauvegarder, en vain.
Auparavant et depuis 1967 au moins, il est graphiste, inventeur d'écritures inexistantes, apocryphes, qu'il détache e déliés ou en caractères, sur des fonds métalliques, gris ou rouille, à moins qu'il ne les ombre de bleu pour leur fournir un relief. Antérieurement encore, et vingt ans durant, il évolue de la représentation misérabiliste à un graphisme acéré de bataille schématisées qui, via l'abstraction* de chantiers navals, d'intérieurs, de natures mortes, de villes, de paysages (de l'Ardèche par prédilection), Ciel, eau, matin, (1960), le mènent à ses écritures.

Expositions : 1942, Salon des Moins de Trente Ans, Paris ;1949, Ariel, Paris, (P ); 1951, Vallotton, Lausanne, (G) ; 1995, 1997, Doria, Paris, (P) ; 2000, Maeght, Paris, (P).