Fiche de présentation

imprimer la fiche

BOUCHE, Georges

né le 24 janvier 1874 à Lyon, Rhône, France ; 1888, commence à peindre ; 1892, architecture aux Beaux-Arts de Lyon ; 1899, étudie à Paris l'architecture commencée à Lyon ; 1935, épouse le peintre Emily Charmy ; 1941, meurt le 12 mai à Celles-sur-Durolle, Puy-de-Dôme.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Peintre

Présentation : Des empâtements sombres, tons ternes sur tons ternes - à peine la gamme de Carrière s'est-elle enrichie de quelques teintes étouffées -, le sujet surgissant de la matière presque monochrome, limitée à deux ou trois tons. Il poursuit à travers ces épaisseurs le jeu de la lumière. Le dessin est sous-jacent au modelé de la pâte épaisse, malaxée, abondante jusqu'au relief. Il agit en réaction contre son époque, qui voyait fleurir le post-impressionnisme* et le fauvisme* , affirmant que l'agression des couleurs tue l'éclairage. Ces sujets expressifs abordent aussi bien des scènes religieuses et des intérieurs et des bouquets que des paysages urbains ou ruraux. Il ne se départ pas de la même manière tout au long de sa vie. Une grande toile, Scène de campagne (s. d., MAMT), est, çà et là, montée en teintes de la palette de Permeke*. Il accompagne Jean Le Mayeur* et anticipe Euène Leroy*.

Expositions : 1902, Salon des Indépendants, Paris ; 1927, Katia Granoff, Paris, (P) ; 1995, Bernard Bouche, Paris, (P).

Rétrospective : 1999, musée des Beaux-Arts, Troyes.

Musées : Musée d'Art moderne, Troyes, une douzaine d'oeuvres.

Citation(s) : On a dit :
- Un crépuscule qui faisait déjà frissonner submergeait de sa brume solennelle la creuse immensité où la bure des bruyères et des fougères d'octobre parlait de recueillement franciscain. [...] Ces lignes, je les dédie, pour plus tard sans doute, au génie de Lyon qui, dans le silence du brouillard extérieur, écoute, parmi les feuilles de mûrier, l'innombrable bruit des vers à soie qui proposent à la beauté des voiles dignes" (Francis Jammes).