Fiche de présentation

imprimer la fiche

GUTTUSO, Renato

né le 26 décembre 1911 ou le 2 janvier 1912 à Bagheria près de Palerme, Sicile, Italie; 1930, faculté de droit, Palerme; 1931, à Rome, se le au groupe de peintres antifascistes; se consacre à la peinture; selon d'autres sources, est proche du régime fasciste; 1932, restaurateur d'art médiéval en Ombrie; 1934-1936, service militaire; 1937, s'installe à Rome; 1940 ou 1944, adhère au parti commniste clandestin; 1976, est élu sénateur de la République; 1987, meurt le 18 janvier à Rome.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Peintre

Présentation : Il est fidèle, au travers d'une longue carrière, à la figuration. Des Valori Plastici* des années 30, à la tradition presque académique des années 80. Enre-temps, il égrène toutes les variantes de l'expressionnisme* : réalisme socialiste*, La Plage (1956) ou Les Funérailles de Togliatti (1972, Gal. d'Arte Mod., Bologne); réminiscences de Picasso, Les Demoiselles de Palerme (1940,Gal. Communale d'Arte Mod. e Contemp., Rome) ou Le Banquet 1972); abstraction*, Le Merle (1947, Gal. Communale d'Arte Mod. e Contemp., Rome) ou Les Poires (1962); fauvisme (voir Fauves), La Fumée (1958, Banco di Roma). l est le promoteur d'un néoréalisme pictural, concentré surtout dans les grandes toiles qu'il peint périodiquement : Fuite de l'Etna (1939, Gal. Communale d'Arte Mod. e Contemp., Rome), Crucifixion (1940-1941, Gal. Communale d'Arte Mod. eContemp., Rome), avec l'ensemble des personnages du calvaire, nus, dans une structure de tableau complexe, Occupation des terres incultes en Sicile (1949, Neue NG, Berlin), La Discussion (1959, Tate Gal., Londres), construite en plongée,avec des angularités à la Boccioni*, des collages - il les exploite depuis 1956 - de journaux froissés, Boogie-woogie (1953), Le Vucciaria (1974, université de Palerme), rempli comme un oeuf de fruits et légumes, Le Café Greco (176, Mus. Thyssen-Bornemisza, Madrid), qui allie le portrait de célébrités, ressortant grâce à l'atténuation pourprée de l'ensemble, avec la scène de genre. Ses engagements le portent vers cette grande peinture narrative que son talent réussit à transcende et à tenir très généralement éloignée de la platitude du réalisme socialiste, pour créer cet art " populaire et moderne " qu'il appelle de ses voeux. Dans ces toiles, s'insèrent des natures mortes d'une grande acuité. De tempérament expressionniste*, il aun goût pour les choses, sans négliger leurs détails. Il les pose parfois seules sur de grandes plages de couleurs qui permettent l'évasion. Ses formes sont torturées, emmêlées, déchirées. Il expose une trentaine d'Études des âges et des usages de la ain (1983), qui lui permettent la dramatisation. Il lui arrive fréquemment d'accoler deux toiles complémentaires par leur sujet, et s'opposant par leurs tonalités claire et sombre. Il a été également paysagiste du sud de l'Italie dans un graphisme etdes couleurs violents.

Expositions : 1931, Quadriennale d'art, Rome; 1940, Genova, Gênes (P); 1948, Hanover, Londres (G); 1954, Bucarest (P).

Rétrospective : 1962, Stedelijk Museum, Amsterdam; 1963, palais des Beaux-Arts, Charleroi; 1971, Palazzo Normani, Palerme; Arc, Paris, oeuvre de 1940 à 1965; 1996, Whitechapel Art Gallery, Londres.

Musées : la plus grande partie de son oeuvre est léguée à la Galleria d'Arte Moderna, Rome; une autre partie au musée Guttuso, Bagheria.