Fiche de présentation

imprimer la fiche

SERRA, Richard

né le 2 novembre 1939 à San Francisco, Californie, États-Unis d'Amérique ; 1957-1961, Université de Californie ; 1961-1964, de Yale ; 1964-1965, séjourne à Paris et va dessiner presque chaque jour dans l'atelier de Brancusi*; vit à New York.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Peintre - Sculpteur

Présentation : Le peintre, rare, donne des monochromes modulés à force d'entassement, de couches, Zaditikianis, (1974, SGB) ou No Mandatory Patriotism, (1989, MOMA). Il est partie prenante de l'art de plein air*, depuis 1970. Il est aussi graphiste minimaliste* reprenant, en noir et blanc, les mégalithes de ses sculptures de Reykjavík, (1990) et les traduisant en sections vues latéralement, obliquement, sous tous les angles possibles, ou en présentant une suite de rectangles décentrés sur fond blanc, Min, Opéra Comique, Père-Lachaise, Rue Ligner, (1990, MNAM), ou demi anneau, Sans titre, RS07-3431, (2008).  Il se limite dans son oeuvre graphique au noir et blanc, encre de linotypiste et craie.
Il est avant tout sculpteur-auteur d'installations*. Dans la mouvance de l'arte povera*, il use des matériaux les plus inattendus, caoutchouc ou plomb, Plinthes, (1967, MNAM) en caoutchouc et néons, Belts, (1966, SGM), une douzaine de ce qui pourrait paraître harnais dans une écurie, ou encore Sans titre, (1968, MNAM,), plaques de plomb roulées, ou les très élégants murs de 2 m de haut, du même matériau, Waving Arcs, (1980, BvB). Il pose de chaque côté d'un mur nu, une même forme noire qui creuse la surface comme un tunnel, Dubble Tilt, (1985, BOM) ou encore, sur 750 m2, douze plaques d'acier rouillé, de hauteur irrégulière, disposées en épi qui, brisant la vue, suggèrent un labyrinthe, Hours of the Day, (1990, BOM) ou Snake, (1994-1997, SGB), trois courbes sinueuses de plus de 4 m de haut et de 30 m de long, en acier laminé, d'un tenant, sans soudure. Sequence, (2007), a la forme d'un double huit, pesant 27 tonnes. Cette pièce comme les autres apparentées, ne peut s'apprécier pleinement que regardée de haut. À la base de ses réalisations depuis 1965, on retrouve le principe que c'est au matériau à déterminer sa forme par l'équilibre naturel des pièces dont aucune n'est creuse et dont toutes sont juxtaposées sans fixation et démesurée,Torqued Ellipse, (2003, SGB), 9m de diamètre sur 4 de haut. " C'est la masse qui définit le contenu de mon oeuvre." Invité à s'emparer du Grand Palais de Paris, il y dresse dans un alignement improbable cinq plaques d'acier de 17 x 4 m, pesant chacune 75 tonnes; comme elles ne sont pas fixées parfaitement perpendiculairement, il aborde le problème de la gravité; prouesse technique plus que confrontation aux 45 m. de haut de l'endroit, Promenade, (2008).

Expositions : 1966, La Salta, Rome, (P) ; 1971, Biennale de Paris ; 1980, Biennale de Venoise ; 1992, Modern Art Museum, New York ; 2010, Lelong, Paris, (P) ; 2011, Fondation Beyeler, Bâle, (P).

R├ętrospective : 1978, Kunsthalle, Tübingen ; 1986, 2007, Museum of Modern Art, New York ; 2011, MoMa, New York, San Francisco Mueum of Art et du Menil, Houston.

Lieux publics : Quartier de la Défense, Paris, Splat, (1984), parallélogramme de cinq plaques de 20 tonnes et de 11 mètres de haut; lorsqu'on le pénètre donne l'impression d'un espace triangulaire. Doha, Qatar, 7, (2011), sept plaques d'acier non soudées, ,  24 m. de haut, 2,40 m. de large, 10 cm. d'épaisseur, planté sur un nmillier de pieux.

Citation(s) : Il a dit :
-  (Mes sculptures) englobent entièrement le spectateur dans la matérialité physique que l'on passe simplement devant elles, qu'on cherche à les analyser ou que l'on réfléchisse à leur sujet.