Fiche de présentation

imprimer la fiche

MOLINARI, Guido

é le 12 octobre 1933 à Montréal, Québec, Canada ; Beaux-Arts de Montréal; 1955-1957, fonde et dirige la galerie Actuelle, Montréal, consacrée à l'art non-figuratif*; 1969, élu membre de l'académie royale des arts du Canada ; enseigne à l'université Concordi, Montréal ; 2004, meurt le 21 février à Montreal.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Peintre - Sculpteur

Présentation : Il consacre trois années, de 1951 à 1953, à une non-figuration expressionniste*, gerbes d'huiles épaisses, en flammes. En 1954 et 1955, ce sont des couleurs toujours généreusement appliquées en touches-taches, puis en pavés plus ou moins réguliers. Il se situe dès 1956, parmi les plasticiens*, avec une abstraction* géométrique, Angle noir, (1956, NGO). La couleur apparaît en 1958. Pure, mince, verticale, alliant le plus souvent bandes et rectangles, étroitement alternés sans transition, dans la rigueur de l'hard edge*. Avant d'aboutir à cette haute rigueur, il tente encore quelques fantaisies de construction, des bandes verticales interrompues, Rectangles rouges, (1962, MACM), d'autres croisées ou l'ajustement de trois triangles, ou encore l'opposition des bandes débouchant sur un carré. En 1963, la verticalité pure est son champ. Les couleurs alternent, des plus vives- primaires - aux plus sourdes, la largeur des bandes aussi, jusqu'à devenir des rectangles verticaux, à la Barnett Newman*, privés de zip en 1977. puis des monochromes minimalistes*; il use surtout de la gouache, puis revient à l'huile, noire et blanche d'abord; c'est le départ de l'art concret*. Il ne le quitte plus. Une série de noir et blanc décline des géométries souvent en T, comme des chemins rigoureusement tracés aboutissant à une impasse, ou des fragments de polyèdres sectionnés par la limite de la toile, tendant vers l'immensité du vide blanc. Au début des années 80 et jusqu'en 1994, il entre dans ce qu'il appelle Quantificateur. Vastes monochromes d'environ 5 m2, bleu, vert, noir, sous la couche unie et fine desquels on devine des diagonales qui l'animent et qui rythment de manière subliminale l'étendue chromatique sans faille. Sculpteur, il donne avec 4 éléments en plexiglas coloré, l'équivalent de sa peinture verticale, Configuration n°7, (1967, MACM)

Expositions : 1953, Montreal, (G) ; 1965, New York, (G) ; 1961, Musée de Montreal ; 1968, Biennale de Venise.

Rétrospective : 1976, National Gall. of Canada, Ottawa, Montréal, Toronto, Vancouver ; 1994, Fondation de l'art concret, Reutlingen, Allemagne ; 1995, Musée d'Art contemporain, Montréal; 1998, Musée de Grenoble.

Musées : Musée de Grenoble, 69 oeuvres réparties sur toute la carrière.